Optimisme

La reprise se poursuit dans l'industrie en début d'année

ol

1.2.2022 - 10:25

L'optimisme de fin d'année s'est poursuivi en 2022: les perspectives des responsables d'achats des entreprises industrielles suisses sont restées quasiment inchangées et continuent d'illustrer une solide reprise.

Les carnets de commandes de l'industrie suisse sont bien remplis et sur le front de l'emploi, l'optimisme est de mise (archives).
ATS

ol

1.2.2022 - 10:25

Le pic des problèmes d'approvisionnement semble avoir été atteint, mais les absences du personnel pèsent sur les activités.

L'indice des directeurs d'achat (PMI) manufacturier s'est ainsi fixé à 63,8 points en janvier, en légère baisse de 0,4 point sur un mois et en hausse de 3,7 points en rythme annuel, selon les indications publiées mardi par la grande banque Credit Suisse et la faîtière helvétique de l'approvisionnement Procure.ch.

Dans l'ensemble, la reprise se poursuit dans l'industrie, mais à un rythme moins soutenu que l'année dernière. Les carnets de commandes sont bien remplis et sur le front de l'emploi, l'optimisme est de mise. Mais dans les pays ayant adopté une stratégie zéro Covid, comme la Chine, l'offre pourrait se réduire encore avec la fermeture de certains ports ou sites de production.

Par ailleurs, l'inflation des prix de l'énergie met les entreprises industrielles sous pression. Les coûts énergétiques pèsent désormais pour deux tiers des coûts de production.

Renchérissement de l'électricité

Beaucoup d'entreprises anticipent un phénomène de «greenflation», soit une augmentation des coûts en raison de la transition énergétique. En tout, 82% des sondés anticipent une hausse des prix de l'électricité au cours des trois prochaines années, et pour le gaz et le pétrole, ils sont respectivement 73% et 65% à s'attendre à la même chose.

De son côté, l'indice des directeurs d'achat pour le secteur des services a reculé de 3,5 points sur un mois à 56,4 points. En rythme annuel, il est toutefois en hausse de 5,6 points, selon le communiqué. Les activités des entreprises actives dans les services ont été freinées par la vague Omicron, mais semblent toutefois se reprendre.

Qu'il s'agisse des services ou de l'industrie, les absences du personnel en raison des quarantaines et des mises à l'isolement mettent en difficulté les entreprises. En conséquence, 41% des entreprises industrielles tablent sur des interruptions dans la production. Grâce au télétravail, le pourcentage est moins élevé dans les services, à 25%.

ol