Laurent-Perrier: bénéfice 2020 en hausse malgré la chute des ventes

afp

11.6.2021 - 09:39

Le producteur de champagne Laurent-Perrier a vu son bénéfice net progresser sur son exercice décalé 2020/2021, en dépit d'une chute de son chiffre d'affaires du fait de la pandémie de Covid-19 (archives).
ATS

Le producteur de champagne Laurent-Perrier a enregistré une hausse de 6,5% de son bénéfice net à 25,2 millions d'euros (27,4 millions de francs) lors de son exercice décalé 2020/2021, en dépit de la chute de 19,5% de son chiffre d'affaires.

afp

11.6.2021 - 09:39

Les recettes du groupe familial, qui ont été affectées par la pandémie de Covid-19, se sont établies à 195,2 millions d'euros, contre 242,4 millions lors de l'exercice 2019/2020, selon un communiqué publié vendredi.

«Le groupe a su s'adapter à cette situation inédite (...) confirmant ainsi la résilience de son modèle fondé sur sa politique de valeur», a souligné Stéphane Dalyac, président du directoire, cité dans le communiqué.

Dédié exclusivement au champagne, le groupe détient les marques Laurent-Perrier, Salon, Delamotte et Champagne de Castellane.

Pour l'exercice en cours 2021/2022, «le groupe va reprendre ses investissements de long terme, notamment en support de ses marques, et s'attend donc à une baisse probable de son résultat opérationnel», avertit la société basée à Tours-sur-Marne. Elle relève aussi que «la situation sanitaire reste incertaine et évolutive».

Fermeture des hôtels et restaurants

En 2020/2021, la baisse de 25,4% des volumes de champagne vendus par le groupe, suite aux mesures sanitaires décidées dans le monde et notamment la fermeture des activités d'hôtellerie et de restauration, «a été limitée en chiffre d'affaires par un effet prix/mix de +5,8%, porté par la force des marques et la qualité des champagnes haut de gamme» de la société, dit-elle.

Le résultat opérationnel est resté stable à 41,3 millions d'euros (+0,2%). Et le groupe est parvenu à accroître le taux de marge opérationnelle sur les ventes de champagne de 4,6 points à 22,4%, notamment en adaptant ses coûts (dépenses marketing et frais de structure).

Le cash-flow opérationnel a baissé de 10,7 millions d'euros sur cette période pour s'établir à 3,6 millions d'euros au 31 mars.