Lego multiplie les investissements

ATS

3.9.2019 - 11:32

Avec une classe moyenne grandissante, l'importance qui y est donnée à l'éducation et une économie florissante, l'Inde est une nouvelle étape logique pour Lego (archives).
Source: KEYSTONE/AP Warner Bros. Pictures/COURTESY OF WARNER BROS. PICTU

Le bénéfice net du géant de la brique en plastique, Lego, a reculé au premier semestre 2019. Le tassement reflète les importants investissements engagés par le groupe danois, notamment en Chine.

De janvier à juin, le bénéfice net du groupe, qui n'est pas coté, s'est contracté de 12%, à 2,671 milliards de couronnes (388 millions de francs) pour un chiffre d'affaires en hausse de 4%, à 14,78 milliards de couronnes, selon des données présentées dans un communiqué.

Après avoir supprimé plus de 10% de ses effectifs en 2017, le groupe entend stabiliser son organisation et la développer sur de nouveaux marchés.

En Chine, il aura ouvert 140 nouveaux magasins dans 35 villes d'ici la fin de l'année, cela représente près d'un quart des nouvelles ouvertures en 2019.

Prendre pied en Inde

Lego entend également s'enraciner sur le marché indien avec l'ouverture en 2020 d'un bureau à Bombay.

«Avec une classe moyenne grandissante, l'importance qui y est donnée à l'éducation et une économie florissante, l'Inde est une nouvelle étape logique dans nos efforts pour atteindre plus d'enfants dans le monde», a expliqué le directeur-général, Niels B. Christiansen dans un communiqué.

La marque, dont le nom est une contraction du danois «leg godt»: «joue bien», s'est démultipliée ces dernières années pour faire entrer sa célèbre brique dans l'ère de la modernité virtuelle.

Lego a lancé des jeux vidéo, un film à succès avec pour héros ses petits hommes jaunes – et dont la suite «La Grande Aventure Lego 2» sorti en février a cassé des briques -, des dessins animés, les parcs d'attractions Legoland et des produits dérivés.

En juin, la fondation familiale Kirkbi, actionnaire majoritaire du groupe, s'est associé à des fonds d'investissement pour racheter le musée Madame Tussauds et la grande roue de Londres, pour une valeur de 5,9 milliards de livres.

Retour à la page d'accueil

ATS