Les marchés rechutent, ayant des questions au sujet d'Omicron

afp

30.11.2021 - 11:44

Les Bourses et le pétrole battaient en retraite mardi face à l'avancée du variant Omicron qui fait craindre de nouvelles mesures de restrictions à court terme, un scénario délétère pour l'économie.

afp

30.11.2021 - 11:44

Auf einem Smartphone werden Boersendaten angezeigt, fotografiert am 26. Mai 2020 in Zuerich. (KEYSTONE/Christian Beutler)
Les dernières évolutions de la pandémie pourraient déstabiliser les banques centrales qui sont en voie de réduire leur soutien à l'économie, sous la pression de l'inflation. (image d'illustration)
KEYSTONE

Un rouge franc réapparaissait sur les indices européens après leur modeste rebond de lundi: Paris lâchait 1,51%, Francfort 1,55%, Londres 1,47% et Milan 1,79% à 09H37 GMT. En Suisse, l'indice vedette SMI abandonnait 0,80%.

En Asie, Tokyo et Hong Kong ont fini en baisse de 1,6% après les déclarations du patron de Moderna dans le Financial Times sur la probable moindre efficacité des vaccins actuels contre le variant Omicron.

Le mouvement de ventes s'étendait au pétrole dont les cours étaient fortement remontés lundi sans pour autant effacer leur plongeon de plus de 10% vendredi.

Signe d'une aversion au risque déjà bien manifeste vendredi, les rendements sur le marché de la dette des Etats, considérés comme des valeurs refuge, se repliaient à nouveau mardi matin: le taux américain à dix ans s'établissait à 1,42% contre 1,53% à la clôture de la veille.

Si le variant continue de gagner du terrain alors que de plus en plus de pays ferment leurs frontières pour tenter d'éviter la contamination, «de nouvelles mesures de restrictions sont probables, à court terme», estime Christopher Dembik, directeur stratégie et macro-économie de Saxo Banque.

Car il faudra plusieurs semaines avant de connaître les caractéristiques du nouveau variant.

«Tout ce qui comptera, c'est de savoir si de nouvelles restrictions reviennent dans le monde et si les banques centrales, notamment la Réserve fédérale américaine, appuient sur le bouton pause de leurs plans de resserrement monétaire», écrit Jeffrey Halley analyste de marché chez Oanda.

Les dernières évolutions de la pandémie pourraient déstabiliser les banques centrales qui sont en voie de réduire leur soutien à l'économie, sous la pression de l'inflation.

Selon le président de la banque centrale américaine (Fed), Jerome Powell, «la récente augmentation des cas de Covid-19 et l'émergence du variant Omicron posent des risques à la baisse pour l'emploi et l'activité économique et accroissent l'incertitude quant à l'inflation».

Les restrictions risquent d'amplifier les perturbations des chaînes d'approvisionnement mondiales qui font pression depuis des mois sur les prix en tandem avec la crise énergétique.

Dans ce contexte, les nombreuses données prévues dans la journée, dont la première estimation de l'inflation de novembre en zone euro et la confiance des consommateurs américains en novembre, pourraient être reléguées au second plan.

Le pétrole rechute, la reprise du dollar et du bitcoin s'essouffle

Dans ce contexte d'émergence du variant Omicron, les prix du pétrole repartaient à la baisse mardi. Les membres de l'Opep+ se retrouvent jeudi pour résoudre une équation complexe, celle de leur niveau de production pour début 2022.

Le baril américain de WTI pour livraison en janvier perdait 2,63% à 68,09 dollars vers 09H15 GMT.

Celui de Brent de la mer du Nord du même mois cédait 2,66% à 71,31 dollars.

L'euro, qui avait légèrement baissé lundi après avoir gagné près de 1% par rapport au billet vert vendredi, reprenait 0,62% à 1,1361 dollar vers 09H50 GMT.

Le bitcoin baissait de 2,55% à 56.888 dollars après avoir profité du rebond général des marchés la veille.

afp