Alcool

Les ventes de Pernod Ricard en repli

ATS

22.10.2020 - 09:16

La vente des bouteilles du groupe français ont reculé (archives).
Source: KEYSTONE/AP/JACQUES BRINON

Le groupe de spiritueux Pernod Ricard, dont les ventes ont baissé de 10% sur le trimestre entamé début juillet en raison de la crise sanitaire, compte sur un retour à la croissance dans la première moitié de l'année 2021.

De juillet à septembre, premier trimestre de l'exercice décalé du groupe, le chiffre d'affaires a reculé de 10% sur un an à 2,236 milliards d'euros (2,4 milliards de francs), a-t-il annoncé jeudi dans un communiqué.

Le groupe précise pâtir «d'un effet de change négatif sur la période, principalement dû au dollar américain et aux devises émergentes». Hors effets de périmètre et de change, la baisse est de -5,6%.

Cette performance est meilleure qu'attendue par le consensus des analystes compilé par le fournisseur de données financières Factset.

La baisse des ventes était nettement plus marquée au dernier trimestre de son exercice précédent (-37,9%), qui coïncide avec la plongée d'une partie du monde dans un confinement destiné à enrayer la progression de la pandémie de Covid-19.

«Notre premier trimestre est encourageant. Le chiffre d'affaires reste en déclin mais l'activité a fortement rebondi par rapport au trimestre précédent, grâce à la réouverture partielle du +On-trade+», qui correspond à consommation dans les bars, hôtels et restaurants, «et à la forte résilience de nos marques dans le +Off-trade+», soit les ventes chez des distributeurs comme les supermarchés ou les cavistes pour une consommation à domicile, relève le PDG du groupe Alexandre Ricard, cité dans le communiqué.

Les ventes de spiritueux dans les aéroports («travel retail») sont toujours «en fort déclin, malgré la reprise de certains voyages nationaux», constate le groupe, qui rapporte un plongeon organique de 64%.

Pernod Ricard estime que ce canal de distribution, comme les ventes dans les bars et restaurants, devrait être durement affecté par la crise sanitaire tout au long de son exercice, faute d'amélioration sur ce front.

Si le deuxième trimestre (octobre à décembre) «devrait être encore fortement impacté par le Covid-19», le groupe «devrait retrouver la croissance au second semestre» (janvier-juin), affirme Pernod Ricard, qui ne donne pas d'objectifs de résultats.

Retour à la page d'accueil

ATS