Ukraine

Moscou considère la Suisse comme un pays «hostile»

ATS

7.3.2022 - 14:37

Les autorités russes ont établi une liste de pays «hostiles», dont la Suisse, auxquels les particuliers et les entreprises russes pourront rembourser leurs dettes en roubles, a indiqué lundi le gouvernement. La devise russe a perdu 45% de sa valeur depuis janvier.

Russian President Vladimir Putin chairs a Security Council meeting in Moscow, Russia, Monday, Feb. 21, 2022. Russian President Vladimir Putin has convened top officials to consider recognizing the independence of separatist regions in eastern Ukraine. Such a move would ratchet up tensions with the West amid fears that the Kremlin could launch an invasion of Ukraine imminently. (Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP)
Les autorités russes ont établi une liste de pays «hostiles», dont la Suisse, auxquels les particuliers et les entreprises russes pourront rembourser leurs dettes en roubles, a indiqué lundi le gouvernement.
KEYSTONE

ATS

7.3.2022 - 14:37

Cette liste de pays comprend entre autres les pays de l'Union européenne, l'Australie, le Royaume-Uni, le Canada, Monaco, la Corée du Sud, les États-Unis, le Japon et la Suisse.

Ce texte a été préparé à la suite d'un décret présidentiel de vendredi. Ce texte établissait en termes vagues une «procédure provisoire» de remboursement des dettes «envers certains créanciers étrangers».

Pour ce faire, un débiteur pourra désormais demander à une banque russe de créer un compte spécial en roubles au nom du créancier étranger et de lui envoyer un paiement en équivalent rouble, au taux de change du jour de la Banque centrale.

Le pétrole comme prochaine cible?

Cette nouvelle procédure temporaire s'applique aux paiements supérieurs à 10 millions de roubles par mois en équivalent à la devise étrangère. Il s'agit d'une des premières réponses russes aux sanctions sans précédent imposées à la Russie par de nombreux pays occidentaux suite à son intervention militaire en Ukraine.

Les sanctions ont provoqué une dépréciation historique du rouble et s'accompagnent du gel d'une partie des fonds des autorités à l'étranger, empêchant la Banque centrale de soutenir la devise russe.

Lundi, l'inquiétude des marchés se focalisait sur la possibilité de sanctions économiques qui viseraient directement le pétrole russe.

Première victime sur le marché des changes, la monnaie russe fondait de 10% lundi vers 11h00 GMT, à 137,70 roubles pour un dollar, après avoir touché 142,18 roubles, un nouveau plus bas historique. Depuis le 1er janvier, le rouble a dégringolé de 45%.

ATS