Alimentation

Mowi a souffert au 3e trimestre

ATS

4.11.2020 - 11:09

Le géant norvégien du saumon d'élevage va mettre ses actionnaires au régime sec, dans la foulée d'un troisième trimestre difficile. (archive)
Source: KEYSTONE/AP/ERIC RISBERG

Le plus gros producteur de saumon d'élevage au monde, le norvégien Mowi, a exceptionnellement renoncé à verser un dividende mercredi, ses résultats trimestriels ayant souffert de l'impact de la pandémie de Covid-19 sur la demande dans les hôtels et restaurants.

Si le résultat net est repassé dans le vert grâce à une base de comparaison favorable, à 95 millions d'euros (101 millions de francs) contre une perte de 61 millions il y a un an, le groupe a vu son bénéfice d'exploitation quasiment divisé par deux.

Hors éléments exceptionnels, il ressort à 80,4 millions d'euros contre 147,8 millions d'euros au troisième trimestre 2019, pour un chiffre d'affaires en baisse de 6%, à 956,8 millions.

«Nos opérations se sont déroulées à peu près normalement malgré de nouvelles restrictions liées au Covid-19 au cours du trimestre», a noté le directeur général Ivan Vindheim.

«Cependant, la pandémie a toujours un impact sur la consommation hors domicile et, bien que les ventes au détail soient fortes, nos bénéfices sont affectés par la baisse des prix en raison du recul de la demande», a-t-il ajouté.

Restaurants, hôtels et traiteurs qui représentent normalement entre 40 et 45% de la consommation ont en de nombreux endroits souffert d'une baisse de la fréquentation à cause des restrictions sanitaires.

Cela a pesé sur les prix et éclipsé la hausse de la production sur le trimestre, à 125'773 tonnes, un niveau record mais en retrait par rapport aux prévisions de Mowi.

Celui-ci table toujours sur une production de 442'000 tonnes cette année et a dévoilé un objectif de 445'000 tonnes l'an prochain, essentiellement en Norvège (260'000 tonnes).

Pour la première fois en sept ans, Mowi a renoncé à verser un dividende «afin de préserver les liquidités et de maintenir une position financière robuste, en particulier à l'aune de la pandémie de Covid-19 en cours».

Partiellement contrôlé par le milliardaire d'origine norvégienne John Fredriksen, le groupe dit tabler sur une reprise du marché l'an prochain au bénéfice d'une croissance modérée (+1%) de l'offre globale.

En début de matinée, l'action reculait de 1,34% à la Bourse d'Oslo sur un marché en hausse de 0,18%.

Retour à la page d'accueil

ATS