Nissan retarde le lancement d'un véhicule électrique

afp

4.6.2021 - 11:35

Le constructeur nippon Nissan, allié de Renault et de Mitsubishi Motors, a annoncé vendredi le report du lancement de son crossover électrique Ariya à l'hiver prochain, en raison notamment de la pénurie de semi-conducteurs qui touche toute l'industrie automobile.

afp

4.6.2021 - 11:35

Ce lancement est d'autant plus stratégique pour Nissan qu'Ariya avait été annoncé comme le moyen d'ouvrir un "nouveau chapitre" dans l'histoire du groupe. (Arvhives)
ATS

Dévoilé en juillet 2020, ce nouveau modèle 100% électrique devait initialement être commercialisé à partir de mi-2021 au Japon, avant l'Europe, l'Amérique du Nord et la Chine à la fin de l'année.

Vendredi, Nissan a cependant fixé le lancement d'une série limitée pour le marché japonais à «l'hiver prochain».

«Nous avons fait face à un certain nombre de défis industriels, dont la pénurie de semi-conducteurs», a déclaré à l'AFP une porte-parole du groupe.

«Notre priorité est de nous assurer que nous fournissons notre nouveau modèle à nos clients avec le plus haut niveau de qualité possible», c'est pourquoi «nous avons repoussé la sortie», a-t-il ajouté.

Lancement stratégique

Ce lancement est d'autant plus stratégique pour Nissan qu'Ariya avait été annoncé comme le moyen d'ouvrir un «nouveau chapitre» dans l'histoire du groupe par son directeur général, Makoto Uchida, en juillet dernier.

Il s'agit de son premier modèle 100% électrique visant le marché automobile grand public depuis la Nissan Leaf, dont la première version est sortie il y a dix ans.

Après avoir accusé une perte nette de 448,7 milliards de yens (près de 3,7 milliards de francs) lors de son exercice annuel achevé fin mars, marqué par la pandémie, le groupe a annoncé le mois dernier s'attendre à un résultat net de nouveau négatif lors de son nouvel exercice 2021/2222, en citant notamment le problème de semi-conducteurs et le renchérissement des matières premières.

Nissan vise une croissance de 15,7% de ses ventes en valeur en 2021/2222, mais sa reprise est considérablement freinée par la pénurie mondiale de semi-conducteurs, qui affecte déjà sa production depuis plusieurs mois, comme de nombreux autres constructeurs automobiles.

afp