Conjoncture

Normalisation des ventes du commerce de détail en 2021

al

3.9.2021 - 11:40

al

3.9.2021 - 11:40

Les ventes au détail devraient se normaliser cette année et légèrement reculer la suivante, après avoir solidement rebondi début 2021. Le secteur avait été sévèrement pénalisé par les fermetures décidées dans le cadre de la lutte contre la pandémie de coronavirus.

Mais les habitudes de consommation sont en voie de normalisation. "La réouverture du secteur alimentaire et la levée des restrictions de voyage, qui permettent à nouveau le tourisme d'achat dans les pays voisins, ont élargi les options pour les consommateurs suisses (archives).
ATS

Les six premiers mois de l'exercice ont été bénéfiques pour les détaillants suisses, qui ont enregistré un bond de 7,2% de leurs chiffres d'affaires. L'habillement (+15,2%) et les produits non alimentaires (+10%) ont représenté le moteur de cette reprise, a indiqué vendredi l'institut de recherches conjoncturelles BAK Economics. L'alimentaire (+3,0%) a également étoffé ses ventes.

Mais les habitudes de consommation sont en voie de normalisation. «La réouverture du secteur alimentaire et la levée des restrictions de voyage, qui permettent à nouveau le tourisme d'achat dans les pays voisins, ont élargi les options pour les consommateurs suisses et ont eu un impact négatif sur les ventes de l'industrie au deuxième trimestre», ont estimé les économistes bâlois dans un communiqué.

Ces derniers disent néanmoins «envisager avec optimisme le second semestre». En valeur nominale, soit à prix courants, BAK Economics table pour cette année sur une croissance de 1,5% du chiffre d'affaires dans le commerce de détail helvétique, après une forte progression de 2,6% en 2020.

Pour 2022, une nouvelle poussée de normalisation est attendue, notamment dans le secteur alimentaire, qui devrait amener les recettes de l'ensemble de la branche à reculer de 0,8%. «Les ventes dans (...) l'habillement, en revanche, continueront de croître, même si le niveau d'avant la crise ne peut plus être atteint en raison du changement structurel du secteur», ont souligné les économistes.

Mais la consommation privée devrait rester solide, avec une hausse anticipée de 4,4% cette année et «une tendance similaire» en 2022.

al