Pharma

Novartis: feu vert de Swissmedic pour l'anti-cholestérol Leqvio

buc

13.9.2021 - 12:33

buc

13.9.2021 - 12:33

Novartis a annoncé lundi avoir décroché le feu vert de l'autorité suisse de surveillance des produits thérapeutiques (Swissmedic) pour la mise sur le marché de son traitement anti-cholestérol Leqvio (inclisiran).

Des négociations sont en cours avec l'OFSP pour que le traitement soit inscrit sur la liste des traitements susceptibles d'être remboursés par les caisses maladie (archives).
Des négociations sont en cours avec l'OFSP pour que le traitement soit inscrit sur la liste des traitements susceptibles d'être remboursés par les caisses maladie (archives).
KEYSTONE

Ce dernier est indiqué pour le traitement des adultes atteints d'hypercholestérolémie (y compris la version familiale hétérozygote), ou de dyslipidémie mixte, en concomitance avec un régime alimentaire et en complément d'un traitement par statine et/ou d'autres traitements hypolipidémiants, et pour les patients présentant une intolérance aux statines.

La décision se base sur trois études de phase III (Orion-9 -10 et -11), qui ont démontré une réduction permanente de jusqu'à 52% du taux de «mauvais» cholestérol LDL (ipoprotéines de faible densité) avec seulement deux injections d'inclisiran par an, précise le laboratoire bâlois dans un communiqué.

Selon les derniers chiffres de l'Office fédéral de la statistiques (OFS), 20'000 personnes décèdent chaque années en Suisse des suites de troubles cardiovasculaires.

Plus de 10 millards par an

«La plupart de ces pathologies est effectivement à mettre sur le compte du mauvais cholestérol LDL, qui provoque des dépôts dans les vaisseaux sanguins», a indiqué à AWP Corinne Wild, responsable scientifique (CSO) de Novartis Pharma Suisse.

Selon elle, les besoins médicaux en Suisse dans ce segment sont énormes: «depuis des années, les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité en Suisse». Elles représentent également une lourde charge économique pour le système de santé. Selon Mme Wild, les coûts liés aux seules maladies cardiovasculaires s'élèvent à plus de 10 milliards de francs par an.

«Nous pensons que Leqvio peut faire partie de la solution possible en termes de besoins tant médicaux qu'économiques», a ajouté a responsable.

Des négociations sont en cours avec l'OFSP pour que le traitement soit inscrit sur la liste des traitements susceptibles d'être remboursés par les caisses maladie. Jusqu'à ce que cela soit le cas, les médecins peuvent soumettre des demandes individuelles aux assureurs, a signalé Mme Wild.

La nouvelle de la matinée n'a pas suscité une grande effervescence sur le marché. Juste avant la mi-journée, la nominative Novartis évoluait juste au-dessus de l'équilibre (+0,1%) à 78,73 francs, dans le wagon de queue d'un SMI en hausse de 0,37%.

buc