Réouverture des frontières aux voyageurs de huit pays africains

ATS

24.12.2021 - 16:15

Les Etats-Unis lèveront le 31 décembre, après un peu plus d'un mois, les restrictions aux voyages pesant sur huit pays africains, a fait savoir vendredi sur Twitter un porte-parole de la Maison Blanche. Ces mesures avaient été imposées pour ralentir la propagation du variant Omicron.

ATS

24.12.2021 - 16:15

A Southwest aircraft moves along a new taxiway at LaGuardia Airport, Thursday, May 20, 2021, in New York, becoming the first aircraft to pass beneath the pedestrian sky bridge that connects gates with the new Terminal B at the airport. The sky bridge, one of two, is part of a greater design and redevelopment that will deliver passengers to new gates and reduce gate delays on taxiways that have previously plagued the congested airport. (AP Photo/Craig Ruttle)
L'arrivée sur le sol américain est actuellement interdite aux personnes venant d'Afrique du Sud, du Botswana, du Zimbabwe, de Namibie, du Lesotho, d'Eswatini, du Mozambique et du Malawi. (image d'illustration)
KEYSTONE

L'arrivée sur le sol américain est actuellement interdite aux personnes venant d'Afrique du Sud, du Botswana, du Zimbabwe, de Namibie, du Lesotho, d'Eswatini, du Mozambique et du Malawi, une décision qui avait été annoncée le 26 novembre «par excès de précaution», a rappelé la Maison Blanche.

L'exécutif américain assure, dans un communiqué transmis par un haut responsable de la Maison Blanche, que «deux raisons essentielles» l'ont décidé à lever les restrictions. D'abord, le constat que les «vaccins actuels protègent efficacement contre une forme grave (du Covid-19) liée à Omicron, surtout après une dose de rappel».

Ensuite, le fait que «des voyageurs internationaux venus de ces pays n'auront pas d'impact significatif sur le nombre de cas aux Etats-Unis», maintenant que le variant Omicron est largement présent dans le pays.

La mise en place puis le maintien de ces restrictions aux voyages, pesant seulement sur l'Afrique australe alors que le nouveau variant se répandait à grande vitesse dans le monde entier, ont valu de nombreuses critiques à l'administration Biden.

ATS