Washington appelle à faire plus pour la croissance mondiale

ATS

8.4.2021 - 18:04

ATS

8.4.2021 - 18:04

«Le travail n'est pas terminé». Les Etats-Unis ont exhorté jeudi les grandes économies à poursuivre leurs efforts financiers pour assurer une solide croissance mondiale et ont signalé leur volonté d'être au coeur de l'aide internationale.

epa09054913 US Treasury Secretary Janet Yellen listens during a meeting with US President Joe Biden (not pictured) in the Roosevelt Room of the White House, in Washington, DC, USA, 05 March 2021. EPA/Al Drago / POOL
Janet Yellen écoutant lors d'un meeting avec le président Joe Biden. 
KEYSTONE

«J'exhorte les grandes économies à ne pas retirer leur soutien trop tôt et à s'efforcer de fournir de nouvelles aides budgétaires importantes pour garantir une reprise robuste», a déclaré la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, dans une déclaration adressée au comité de pilotage du Fonds monétaire international (le Comité monétaire et financier international du FMI, CMFI).

Le FMI a dévoilé cette semaine, à l'occasion de ses réunions de printemps, des perspectives économiques plus optimistes pour 2021 et 2022 grâce à la solide reprise économique des Etats-Unis.

La première économie du monde a en effet adopté fin mars un nouveau plan de soutien de 1900 milliards de dollars (1758 milliards de francs). Et l'administration Biden compte faire adopter par le Congrès dans les mois à venir un vaste plan d'investissements de plus de 2000 milliards de dollars sur huit ans.

Reprise inégale

Mais la reprise est inégale dans le monde avec des pays émergents à la traîne de même que les économies d'Amérique Latine.

En Europe aussi, la reprise est difficile alors que la campagne de vaccination a pris du retard obligeant des pays comme la France à prendre des nouvelles mesures de confinement ou à maintenir les nombreuses restrictions d'activité.

«La priorité numéro 1 est de mettre fin à la crise sanitaire, condition préalable à une reprise économique robuste», a fait valoir Janet Yellen soulignant les «progrès substantiels» en matière de vaccination de la population américaine, avec plus de trois millions d'injections par jour en moyenne.

Le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire, a appelé de son côté les pays à une «coordination plus étroite» et à agir davantage «pour soutenir un rebond économique inclusif et lutter contre les inégalités croissantes» dans le monde, dans sa déclaration adressée au CMFI.

«Encore fragiles»

Dans sa propre déclaration au Comité, le secrétaire général de l'OCDE Angel Gurria estime lui aussi qu'un «retrait prématuré et brutal du soutien budgétaire doit être évité, alors que les économies sont encore fragiles et la croissance reste entravée par (...) un rythme lent des vaccinations».

Pour faire face au problème de la vaccination dans le monde, les États-Unis «ont engagé 4 milliards de dollars dans COVAX», initiative destinée à distribuer des vaccins dans les pays les plus pauvres à l'échelle mondiale. «J'exhorte les autres à accroître leur soutien à cette initiative», a également déclaré Janet Yellen.

«Nous travaillerons avec des partenaires pour trouver des solutions globales pour vacciner le reste du monde», a-t-elle aussi assuré. Janet Yellen a également fait part de son soutien aux institutions internationales, le FMI et la Banque mondiale, qui sont au chevet des pays depuis le début de la pandémie.

Une croissance plus durable

«L'administration Biden-Harris s'est engagée à travailler avec nos partenaires, y compris le FMI et le Groupe de la Banque mondiale, pour aider le monde à sortir de cette crise et préparer le terrain pour une croissance future plus inclusive, résiliente et durable».

Pour Angel Gurria, les efforts financiers déployés dans le monde sont une «occasion d'accélérer la transition vers une économie moins émettrice en carbone et pour limiter la menace que représente le changement climatique» pour l'économie mondiale.

Les inégalités et «la menace existentielle» du changement climatique ne pourront être résolues qu'avec une coopération internationale solide, a conclu Janet Yellen.