38 morts et 69 blessés dans l'incendie d'une prison de la capitale

ATS

7.12.2021 - 21:27

Un violent incendie a ravagé mardi matin la prison centrale de la capitale burundaise Gitega, tuant 38 détenus et en blessant 69 autres, selon un bilan officiel communiqué par le vice-président Prosper Bazombanza.

Gefaengnisinsasse der Kantonalen Strafanstalt Poeschwies in Regensdorf, Kanton Zuerich, aufgenommen im Juli 1999. (KEYSTONE/Martin Ruetschi) === ===
Image d'illustration
KEYSTONE/Martin Ruetschi

ATS

7.12.2021 - 21:27

Le feu, qui s'est déclaré au petit matin, a totalement calciné certaines parties de cette prison surpeuplée, qui abritait 1539 détenus pour 400 places fin novembre, selon les chiffres de l'administration pénitentiaire.

«Sur les 1500 prisonniers, nous déplorons 38 morts, dont 12 asphyxiés et 26 morts par brûlures profondes», a détaillé à la presse M. Bazombanza, qui s'est rendu sur place avec quatre ministres.

Sur les 69 blessés, 34 ont été évacués à l'hôpital, a-t-il ajouté.

Surpris dans le sommeil

Le feu a pris vers 04h00 locales (03h00 suisse) dans cette prison vétuste du centre de la capitale politique du Burundi, surprenant les détenus dans leur sommeil.

«Nous nous sommes mis à crier que nous allions être brûlés vifs lorsque nous avons vu les flammes qui montaient très haut, mais les policiers ont refusé d'ouvrir les portes de notre quartier en disant 'Ce sont les ordres que nous avons reçus'», a raconté à l'AFP un détenu, joint par téléphone.

«Je ne sais pas comment j'en ai réchappé, mais il y a des prisonniers qui ont été brûlés totalement», a-t-il ajouté.

Fuite par les plafonds

Selon plusieurs sources, des prisonniers se sont retrouvés pris au piège car les gardiens n'avaient pas les clés de certains quartiers, qui sont en possession la nuit d'un responsable qui n'est pas sur place.

Des détenus ont réussi à échapper aux flammes en passant par les plafonds.

«Certains prisonniers sont sortis tout nus. D'autres n'ont plus que les habits qu'ils portaient sur eux à ce moment-là», a raconté un témoin présent à l'intérieur.

Selon cette source, le feu a pris dans la partie la plus peuplée de la prison, le quartier des détenus de droits communs. La prison abrite trois autres secteurs: un pour les femmes, un pour les mineurs et un de haute sécurité pour les prisonniers politiques.

Court-circuit

Le ministère de l'Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique a affirmé sur Twitter que l'origine du sinistre est «un court-circuit».

Le vice-président Bazombanza a de son côté évoqué «les petits bricolages, les raccordements anarchiques» faits par les prisonniers pour «avoir une petite prise pour charger un téléphone, une petite ampoule pour l'éclairage» et qui ont causé des «dégâts énormes».

La prison de Gitega avait déjà été touchée par un incendie causé officiellement par un court-circuit le 21 août, sans faire de victime.

Pompiers en retard

Une source policière a indiqué à l'AFP que les secours ont tardé à se rendre sur place mardi matin. Un premier camion de pompiers est arrivé deux heures après le début du feu, avant d'être rapidement rejoint par six autres venus de provinces proches, a-t-elle précisé.

Construite en 1926, la prison centrale de Gitega est la troisième plus grande du Burundi après celle de Mpimba, située dans la capitale économique Bujumbura, et celle de Rumonge.

ATS