France

Attaque au couteau à Nice: deux morts et plusieurs blessés

ATS / pab

29.10.2020

 Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur français. 
Keystone / archives

Deux personnes ont été tuées, dont une au moins égorgée, et plusieurs autres ont été blessées jeudi à Nice lors d'une attaque au couteau dont l'auteur a été interpellé, a-t-on appris de sources gouvernementales.

Les faits se sont déroulés vers 9h00 près de l'église Notre-Dame, a-t-on ajouté de source policière. Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé sur Twitter la tenue d'une «réunion de crise», place Beauvau.

Un homme a attaqué plusieurs personnes dans la basilique Notre-Dame de Nice, selon les informations d'Europe 1. L'assaillant a été interpellé 10 minutes plus tard par la police, qui a dû ouvrir le feu pour le maîtriser.

«La situation est sous contrôle»

De nombreux policiers et pompiers étaient présents sur place, a constaté un correspondant de l'AFP présent juste à l'extérieur du périmètre de sécurité, à quelques dizaines de mètres de l'église. Il a pu voir les pompiers emporter une personne sur un brancard dans une ambulance. La circulation du tramway a été arrêtée dans cette zone très fréquentée.

«La situation est sous contrôle il ne faut pas paniquer», a indiqué la police sur place. «Les détonations que vous entendez sont provoqués par le Raid, des services de déminage», a ajouté Florence Gavello, porte-parole de la police.

Une minute de silence

Une minute de silence a été observée à l'Assemblée nationale, en présence du Premier ministre, en hommage aux victimes de l'attaque. La séance a été ensuite suspendue par le président de l'Assemblée, Richard Ferrand.

Le Premier ministre Jean Castex a quitté précipitamment l'Assemblée nationale où il était venu préciser le reconfinement pour se rendre à la cellule de crise mise en place au ministère de l'Intérieur.

Appel à l'unité

"Je ne peux, une nouvelle fois dans les circonstances très difficiles que notre pays traverse, dans les épreuves qu'il subit, qu'appeller l'ensemble de la représentation nationale à l'unité et à la cohésion", a dit le chef du gouvernement aux députés, avant de promettre qu'il ferait "tout son possible" pour revenir ensuite dans l'hémicycle.

Retour à la page d'accueil