Disparition de Delphine Jubillar: le mari reste en prison

ATS

22.11.2021 - 12:34

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Toulouse a rejeté lundi la demande de remise en liberté de Cédric Jubillar, écroué depuis le 18 juin et soupçonné d'avoir fait disparaître son épouse Delphine.

ATS

22.11.2021 - 12:34

(L/R): Emmanuelle Franck, Jean-Baptiste Alary and Alexandre Martin, lawyers for Cedric Jubillar the husband of Delphine Jubillar, walk outside a court in Toulouse, south-western France on October 15, 2021, after the disappearance of Delphine Jubillar in December 2020. - Ten months after the disappearance of Delphine Jubillar a 33-year-old nurse, her husband Cédric appeared at a Toulouse courthouse before two magistrates who indicted him for murder in June 2021. (Photo by Fred SCHEIBER / AFP) (Photo by FRED SCHEIBER/AFP via Getty Images)
Emmanuelle Franck, Jean-Baptiste Alary et Alexandre Martin, avocats de Cédric Jubillar l'époux de Delphine Jubillar, marchent devant un tribunal de Toulouse, dans le sud-ouest de la France, le 15 octobre 2021, après la disparition de Delphine Jubillar en décembre 2020. (archives)
AFP via Getty Images

«C'est certainement pour les besoins de l'enquête, il est maintenu en détention», a déclaré à des journalistes un des avocats de Cédric Jubillar, Alexandre Martin, qui s'exprimerait plus longuement dans l'après-midi.

Cédric Jubillar, 34 ans, qui travaillait comme intérimaire dans le secteur du bâtiment, nie tout lien avec la disparition de sa femme et mère de leurs deux enfants.

La jeune femme, infirmière de nuit dans une clinique d'Albi et alors âgée de 33 ans, a disparu dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020. Elle a été vue pour la dernière fois dans leur maison de Cagnac-les-Mines, dans le Tarn.

C'est son mari qui a donné l'alerte aux gendarmes.

À plusieurs reprises, Cédric Jubillar a demandé sa remise en liberté, qui chaque fois a été refusée par la justice. Il a été mis en examen pour meurtre le 18 juin et aussitôt placé en détention provisoire à la maison d'arrêt de Seysses, près de Toulouse.

Après un interrogatoire le 15 octobre dans le bureau des juges, le principal suspect de l'affaire Delphine Jubillar doit à nouveau répondre le 3 décembre aux questions des deux magistrates en charge de l'enquête.

ATS