Esport: Na'vi et «S1mple» titrés lors du Major de Counter-Strike

ATS

8.11.2021 - 00:17

Dans Counter-Strike, un jeu vidéo de tir disputé à cinq contre cinq, le principe est simple: une équipe doit poser une bombe, tandis que l'autre doit l'en empêcher avant la fin d'un tour de deux minutes (archives).
ATS

Portée par son maître à jouer «S1mple», l'équipe ukrainienne Na'Vi a remporté dimanche à Stockholm le tournoi Major du jeu vidéo Counter-Strike, l'un des grands rendez-vous du calendrier esport. Elle a battu 2-0 G2 en finale.

ATS

8.11.2021 - 00:17

Après avoir trébuché trois fois sur la dernière marche, Natus Vincere (Na'Vi) décroche ainsi le premier Major de son histoire et «S1mple», Oleksandr Kostyliev de son vrai nom, le meilleur joueur au monde actuellement, est enfin titré à 24 ans.

«Je me l'étais promis et je l'ai fait. Le Major est à nous», a scandé «S1mple» devant les 16'000 spectateurs de l'Avicii Arena de Stockholm. «On s'est dit que l'on devait croire en nous. C'est ce qu'on a fait. Je suis si fier de mon équipe. Regardez-les... Des putain de champions!»

Un Grand Chelem de tennis

Dans Counter-Strike, un jeu vidéo de tir disputé à cinq contre cinq, le principe est simple: une équipe doit poser une bombe, tandis que l'autre doit l'en empêcher avant la fin d'un tour de deux minutes. La stratégie d'équipe et la communication jouent un rôle aussi important que la rapidité d'exécution et l'agilité.

Un Major de Counter-Strike, c'est un peu l'équivalent d'un Grand Chelem au tennis: il s'agit de la catégorie de tournois la plus prestigieuse de l'année et le rendez-vous des meilleures équipes du monde, mais les fans du célèbre jeu en avaient été privés depuis deux ans en raison de la pandémie de Covid-19.

Ce tournoi, le plus grand de l'histoire de Counter-Strike en matière de dotation globale (2 millions de dollars), était la première compétition d'esport de cette ampleur à retrouver ses fans depuis l'irruption du coronavirus. Les joueurs ont donc pu revivre toute cette semaine les folles ambiances des compétitions en public: une salle pleine, des supporters bouillants avec drapeaux et pancartes qui s'enflamment pour leurs prouesses au clavier.

Les autres compétitions majeures de jeux vidéo n'ont pas encore eu cette chance. Le mondial de League of Legends, qui s'est conclu samedi en Islande, s'est en effet tenu à huis clos, tout comme «The International», tournoi-phare de Dota 2, il y a trois semaines en Roumanie.

ATS