L'ex-prêtre américain est condamné à 12 ans de prison

ATS

21.12.2021 - 08:11

Un prêtre américain défroqué a été condamné mardi à 12 ans de prison pour abus sexuels sur des enfants d'un orphelinat du Timor oriental qu'il a fondé, à l'issue d'un procès qui a divisé le pays d'Asie du Sud-Est profondément catholique.

FILE - Richard Daschbach, a former missionary from Pennsylvania, is escorted by a police officer upon his arrival for a trial at a courthouse in Oecusse, East Timor on Feb. 23, 2021. The defrocked American priest accused of sexually abusing orphaned and disadvantaged young girls under his care in East Timor was found guilty Tuesday, Dec. 21, 2021 and sentenced to 12 years in prison, in the first case of its kind in the staunchly Catholic nation. (AP Photo/Raimundos Oki, File)
Richard Daschbach, un ancien missionnaire de Pennsylvanie, est escorté par un officier de police à son arrivée pour un procès au palais de justice d'Oecusse, au Timor oriental, le 23 février 2021. (archives)
KEYSTONE

ATS

21.12.2021 - 08:11

Au moins 15 femmes ont accusé Richard Daschbach, 84 ans, de les avoir soumis à des attouchements et rapports sexuels forcés quand elles étaient enfants dans l'institution catholique située à Oecusse, une enclave timoraise en Indonésie.

Les juges du tribunal du district d'Oecusse ont reconnu Richard Daschbach, né à Pittsburgh, coupable de plusieurs chefs d'accusation d'abus sexuels sur des mineurs de l'établissement qu'il a fondé dans les années 1990 pour héberger des centaines d'orphelins et enfants pauvres.

L'ex-prêtre catholique américain a été condamné à un total de 37 ans d'emprisonnement mais les juges ont pris en compte son âge avancé pour réduire la sentence. «Richard Daschbach est condamné à 12 ans pour crimes sexuels sur des mineurs et en tenant compte de l'âge du défendeur», a indiqué Yudi Pamungkas, le président du tribunal. Les juges ont requis une incarcération immédiate du condamné pour éviter qu'il ne s'enfuie.

Listes de noms

Le tribunal a aussi condamné les autorités timoraises à verser des compensations financières aux victimes des abus sexuels du prêtre. Richard Daschbach était présent au tribunal pour le verdict – ouvert au public après un procès à huis clos qui a commencé en juin.

Plusieurs victimes ont accusé le religieux d'avoir tenu des listes avec les noms des enfants qui devaient passer la nuit avec lui. Elles l'ont accusé de multiples viols et attouchements. Mais une partie des Timorais a mis en doute ces accusations et de nombreuses victimes refusent d'être identifiées, craignant des représailles.

Cette affaire a profondément divisé l'ancienne colonie portugaise où il a longtemps été une figure révérée. L'Eglise est une institution très respectée au Timor oriental, petit pays qui partage une frontière avec l'Indonésie, et où 97% de la population est catholique.

Richard Daschbach, arrivé au Timor comme missionnaire, a été défroqué par le Vatican en 2018 mais les accusations d'abus sexuels n'ont été publiées que l'année suivante par un média local.

ATS