Musique

France: Juliette Gréco est décédée

ATS

23.9.2020 - 20:50

L'icône de la chanson française Juliette Gréco, célèbre notamment pour son interprétation de Belphégor à la télévision, est décédée mercredi à l'âge de 93 ans, a annoncé sa famille à l'AFP.

«Juliette Gréco s'est éteinte ce mercredi 23 septembre 2020 entourée des siens dans sa tant aimée maison de Ramatuelle. Sa vie fut hors du commun», a indiqué la famille dans un texte transmis à l'AFP.

«Elle faisait encore rayonner la chanson française à 89 ans», a-t-elle ajouté. Jusqu'à l'AVC qui l'avait frappée en 2016, année où elle avait également perdu sa fille unique Laurence-Marie.

«C'est une très grande dame qui s'en va»

«Cela me manque terriblement. Ma raison de vivre, c'est chanter ! Chanter, c'est la totale, il y a le corps, l'instinct, la tête», déclarait la chanteuse encore tout récemment lors d'un entretien publié en juillet dans l'hebdomadaire Télérama.

«C'est une très grande dame qui s'en va», a réagi auprès de l'AFP Alexandre Baud, producteur de sa dernière tournée. «Juliette était fatiguée depuis quelques temps mais elle avait conservé son esprit extrêmement vif comme en témoigne sa débridée interview avec Télérama».

La "Jolie môme" amie des poètes et des musiciens

«Passion, combat, amour et rigolade intense» disait Juliette Gréco pour résumer sa vie. L'icône de la chanson française morte mercredi à 93 ans, amie des poètes et des musiciens, a incarné l'esprit du quartier artistique parisien de Saint-Germain-des-Prés.

Des pommettes hautes, un regard souligné de noir sous une chevelure brune, de fines mains blanches voletant sur une robe sombre, la chanteuse est sur scène une longue dame noire.

«Gréco, rose noire des préaux. De l'école des enfants pas sages», comme la dépeint Raymond Queneau. Car Gréco n'était pas sage.

«Je suis un clown dans la vie»

«Je suis un clown dans la vie et puis j'aime rire. Le plus grand atout de la séduction, c'est l'humour, donc l'intelligence, la dérision», affirmait-elle il y a quelques années.

Juliette Gréco est née le 7 février 1927 à Montpellier (sud de la France). Avec sa soeur Charlotte elle a grandi près de Bordeaux (sud-ouest) chez ses grands-parents après la séparation de ses parents.

Son enfance est mélancolique, elle s'exprime surtout par la danse. La guerre fait fuir la famille dans une propriété du Périgord (sud-ouest) qui sert de lieu de passage pour la Résistance. En 1943, sa mère et sa soeur sont déportées, elle-même est incarcérée en France une dizaine de jours.

Elle s'est racontée dans l'autobiographie «Jujube»

Elle racontera cette période de sa vie dans une autobiographie parue en 1983, «Jujube». «Écrire 'Jujube' a été extrêmement cruel pour moi, très violent, j'ai aimé écrire mais je n'ai pas aimé remonter le film à l'envers. Je ne voulais pas que quelqu'un d'autre le fasse, je l'ai écrit moi, donc je ne suis pas discutable», expliquait-elle.

Dès la fin de la guerre, elle n'a pas 20 ans, son air mutin, sa beauté, sa liberté d'allure et de ton séduisent intellectuels et artistes du quartier de Saint-Germain-des-Prés à Paris.

Elle fréquente Marguerite Duras, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir et anime les soirées du mythique cabaret "Le Tabou". La jeunesse explose dans un Paris libéré où l'existentialisme naît entre les murs des clubs. Juliette Gréco rencontre Miles Davis avec lequel elle aura une aventure.

Archétype de la femme moderne

Raymond Queneau et Jean-Paul Sartre signent ses premiers succès de chanteuse, «Si tu t'imagines...» et «La Rue des Blancs-Manteaux». Elle élargit au fil du temps son répertoire avec Prévert, Boris Vian, Charles Aznavour. La «Jolie môme» se produit à l'Olympia pour la première fois en 1954 et c'est la consécration.

Après un mariage éclair avec Philippe Lemaire dont elle a une fille Laurence-Marie (décédée d'un cancer en 2016, même année où Juliette Gréco fut victime d'un AVC), elle interprète dans les années 60 les plus grands auteurs d'alors, Serge Gainsbourg, Léo Ferré, Jacques Brel ou encore Brassens. «J'ai rencontré les gens les plus 'émerveillants' qui soient», reconnaît-elle.

Gréco est l'archétype de la femme moderne: «J'étais très en avance sur mon temps, j'ai été d'ailleurs un objet de scandale absolu, je ne cherche jamais ce genre de choses, je suis comme ça, je n'y peux rien».

Comédienne de vocation, elle a joué dans «Bonjour tristesse» en 1958 une adaptation du roman de Françoise Sagan tournée par Otto Preminger, lors de sa liaison avec le producteur américain Darryl Zanuck. Mais c'est son rôle dans le feuilleton «Belphégor» qui la fait triompher sur le petit écran en 1965.

Au fil des ans, elle fait de nombreuses tournées à l'étranger en conservant les mêmes convictions et les mêmes engagements politiques. Après un deuxième mariage avec le comédien Michel Piccoli, elle a épousé Gérard Jouannest, l'ancien pianiste et ami de Jacques Brel en 1988, qui l'accompagne aussi sur scène.

Survécu aux modes

Juliette Gréco a survécu au temps et aux modes. Plusieurs jeunes chanteurs français lui ont écrit des chansons dans ses derniers albums. Et leurs mots qu'elle prononçait avec gourmandise étaient pour elle «une nourriture absolue».

«Ce sont les mots qui dictent le geste, jusqu'au bout des doigts», disait celle qui avait lancé au printemps 2015 une grande tournée d'adieux, pendant laquelle elle avait fêté ses 89 ans sur la scène du Théâtre de la Ville, là même où elle avait créé en 1968 son plus grand succès, l'espiègle «Déshabillez-moi».

Retour à la page d'accueil

ATS