Genève veut renforcer la ligne jusqu'à Lausanne

tb, ats

10.12.2021 - 10:52

Le Grand Conseil genevois a voté vendredi à l'unanimité une résolution demandant à Berne d'inscrire dans sa planification ferroviaire le renforcement de la ligne entre Genève et Lausanne. Les députés estiment que l'arc lémanique est défavorisé par rapport à la Suisse alémanique.

tb, ats

10.12.2021 - 10:52

Des passagers des CFF regardent les panneaux indicateurs de la gare CFF de Cornavin annoncant des retards et des suppressions de trains suite a un accident de personne, ce vendredi 22 decembre 2017 a Geneve. (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)
Les députés estiment que l'arc lémanique est défavorisé par rapport à la Suisse alémanique. (image d'illustration)
KEYSTONE

Cette résolution émanant de plusieurs partis fait suite à l'affaissement de terrain à Tolochenaz (VD) le 9 novembre dernier. Ce trou avait causé une longue interruption du trafic ferroviaire sur l'arc lémanique. L'incident avait mis en lumière la vulnérabilité de cette ligne constamment mise sous pression.

Les députés vaudois ont déjà accepté un texte similaire. «L'importance de l'enjeu pour notre région nécessite que l'arc lémanique s'adresse à Berne d'une seule voix», a relevé le PLR Murat Julian Alder, premier signataire de la résolution. Il y a une véritable «lacune ferroviaire» sur la ligne Genève-Lausanne, a déploré le député PLR.

Selon le PDC Jacques Blondin, ce problème est identifié depuis plus de 40 ans. «A la moindre anicroche, tout se bloque», a relevé le Vert David Martin. «Sans amélioration, la population va reprendre la voiture», a déploré le député PDC Bertrand Buchs.

Prise de conscience

Le conseiller d'Etat Serge Dal Busco a rappelé que les gouvernements genevois et vaudois ont déjà interpellé le Conseil fédéral suite à l'incident de Tolochenaz. «Il y a une prise de conscience très forte au niveau du Département des transports (DETEC)», a ajouté M.Dal Busco. «Un tracé nouveau alternatif doit maintenant être mis en place», a asséné le conseiller d'Etat.

Le texte accepté vendredi demande à la Confédération de prévoir à l'horizon 2035 la construction d'un tracé alternatif ou d'une troisième voie, en surface ou en sous-sol et ce sur l'ensemble du tracé entre Genève et Lausanne. Comme les Vaudois, les Genevois ont fait bloc derrière cette résolution.

tb, ats