«Allah akbar» Un homme «menaçant» arrêté dans une école primaire de Cortaillod

cc, ats

8.12.2023 - 19:03

Un jeune homme qui s'était introduit dans une école primaire à Cortaillod (NE) et proférait des propos «menaçants» a été interpellé vendredi par la police, a indiqué cette dernière, confirmant une information de plusieurs médias. Personne n'a été blessé.

«Il n'était pas armé au moment de son interpellation, mais il n'est pas impossible qu'il se soit débarrassé d'une arme avant l'arrivée de la police», a indiqué le porte-parole de la police (image d'illustration).
«Il n'était pas armé au moment de son interpellation, mais il n'est pas impossible qu'il se soit débarrassé d'une arme avant l'arrivée de la police», a indiqué le porte-parole de la police (image d'illustration).
sda

cc, ats

8.12.2023 - 19:03

La police a été avertie vers 14h45 qu'"un individu menaçant hurlait dans les couloirs» de l'école primaire des Corneilles, a précisé à l'agence Keystone-ATS Georges-André Lozouet, porte-parole de la police neuchâteloise. Il aurait notamment crié «Allah akbar». L'homme a été rapidement interpellé par la police à l'extérieur du bâtiment.

Le personnel enseignant a «bien réagi» en appliquant le protocole «Amok» (prévention des attaques dans les écoles), a indiqué Georges-André Lozouet. Les enfants ont été mis en sécurité en attendant l'intervention de la police.

Tous les enfants vont bien, précise le porte-parole. Un dispositif psychologique a été mis en place.

Pas de lien direct avec l'école

Le jeune homme n'a pas de lien direct avec l'école ou le village, a souligné M. Lozouet. «Sans papier au moment de son interpellation, il est en cours d'identification». «Nous ne savons pas quel a été son cheminement précis pour entrer dans l'école», a encore dit le porte-parole à Forum.

La proximité du Centre fédéral d'accueil de Boudry pourrait peut-être expliquer la présence de cette personne, mais cela devra être vérifié, a déclaré Georges-André Lozouet.

Paraissant «déséquilibré», le jeune homme devrait être pris en charge par une instance médicale. «Il n'était pas armé au moment de son interpellation, mais il n'est pas impossible qu'il se soit débarrassé d'une arme avant l'arrivée de la police», a ajouté le porte-parole.

Des investigations ont lieu afin de déterminer l'identité de l'individu et les motivations de son geste. L'opération a nécessité le déploiement de 34 policiers, dont des membres du groupe d'intervention, précise la police cantonale neuchâteloise dans un communiqué.

cc, ats