Procès à Lausanne Il attirait des mineures dans des soirées de débauche

ss, ats

28.3.2022 - 13:16

Le Tribunal correctionnel de Lausanne a repris lundi le procès d'un quadragénaire, accusé notamment d'actes d'ordre sexuel avec des enfants. Ce Vaudois, qui avait déjà fait parler de lui avec un rapt très médiatisé, est désormais accusé d'avoir organisé en Valais des soirées de débauche avec des mineures.

Les faits qui lui sont reprochés se sont étalés de 2017 à 2019. Ses victimes étaient des jeunes en rupture. Lors de ces soirées, le quadragénaire a plusieurs fois entretenu des relations sexuelles avec des filles parfois âgées d'à peine 15 ans. (image d'illustration)
Les faits qui lui sont reprochés se sont étalés de 2017 à 2019. Ses victimes étaient des jeunes en rupture. Lors de ces soirées, le quadragénaire a plusieurs fois entretenu des relations sexuelles avec des filles parfois âgées d'à peine 15 ans. (image d'illustration)
KEYSTONE

ss, ats

28.3.2022 - 13:16

Cet homme de 48 ans est bien connu de la justice pour avoir organisé l'enlèvement d'un riche avocat en 1998 et purgé pour cela 5 ans et demi de prison. Son nouveau procès avait été ouvert l'an dernier, mais il avait été suspendu lorsque des vidéos et photos compromettantes avaient été portées à la connaissance du Tribunal par la partie plaignante.

Sur ces images, des mineures étaient vues en train de consommer diverses drogues, dont de la cocaïne et de l'ecstasy. Cela se passait lors de soirées de débauche à caractère sexuel que le prévenu organisait dans son chalet de Vercorin (VS). À cette occasion, il avait notamment sniffé une ligne de la cocaïne sur les fesses d'une de ses jeunes hôtes.

Devant ses enfants

Ce fils adoptif d'un édile vaudois, né en Colombie en 1973, est prévenu de remise à des enfants de substances pouvant mettre en danger leur santé, de vol, d'escroquerie, d'utilisation frauduleuse d'un ordinateur, d'actes d'ordre sexuel avec des enfants, d'acte d'ordre sexuel avec des personnes dépendantes, de faux dans les titres, d'infraction grave et enfin d'infraction et contravention à la loi fédérale sur les stupéfiants mais aussi d'acte d'ordre sexuel avec des mineurs contre rémunération.

Cet homme est lui-même père de quatre enfants. Ses soirées de luxure se déroulaient d'ailleurs parfois en présence de ses propres enfants, et notamment de sa fille en bas âge.

Les faits qui lui sont reprochés se sont étalés de 2017 à 2019. Ses victimes étaient des jeunes en rupture. Lors de ces soirées, le quadragénaire a plusieurs fois entretenu des relations sexuelles avec des filles parfois âgées d'à peine 15 ans. C'était le cas notamment le 1er décembre 2019, jour de son arrestation dans le vaste chalet qu'il louait à Vercorin.

«Pas un saint»

L'accusé est apparu physiquement très marqué à la barre. D'emblée, il a affirmé de sa voix cassée que rien n'établissait qu'il se soit aussi livré à un trafic de drogue. L'homme a seulement concédé avoir mis à disposition une partie de la cocaïne exclusivement à ses hôtes adultes.

Hermétique à toute véritable remise en question, le quadragénaire a aussi dénoncé «une enquête biaisée». Et d'affirmer: «Ces jeunes en rupture pouvaient consommer chez moi leur propre alcool et leur propre drogue, plutôt que dans des lieux où elles auraient pu être abusées.»

Il a toutefois concédé «ne pas être un saint, ne pas être un bon exemple et n'en être pas fier», tout en dépeignant plus tard une vie de famille saine et épanouie. «On allait au Papiliorama, on faisait des pique-niques en montagne...»

Le verdict pourrait être connu lundi prochain.

ss, ats