L'activiste Andrea Stauffacher écope de 14 mois ferme

aula, ats

19.11.2021 - 18:30

Le Tribunal pénal fédéral a prononcé vendredi une peine de 14 mois ferme contre Andrea Stauffacher. La cour a suivi la réquisition du Ministère public de la Confédération contre l'activiste d'extrême gauche qui ne s'est pas présentée à son procès. La défense plaidait l'acquittement.

Die Kommunistin Andrea Stauffacher spricht an einer unbewilligten Demonstation am Freitag, den 4 November 2016, in Zuerich. In der Tuerkei hat die tuerkische Polizei bei Razzien die Chefs der prokurdischen Oppositionspartei HDP verhaftet. Kurz danach gab es bei einem Autobombenanschlag in der Kurdenstadt Diyarbakir acht Tote und über 100 Verletzte. Die demonstration in Zuerich richtet sich gegen das Vorgehen der tuerkischen Regierung. (KEYSTONE/Siggi Bucher)
L'activiste Andrea Stauffacher lors d'une manifestation non autorisée le vendredi 4 novembre 2016 à Zurich.
KEYSTONE

aula, ats

19.11.2021 - 18:30

Au terme de deux jours d'audience, la Cour des affaires pénales a retenu la complicité de mise en danger au moyen d'explosifs, les violences et menaces contre des fonctionnaires, l'opposition aux actes de l'autorité, les insultes et une infraction à l'ordonnance 2 COVID-19 notamment.

Outre la peine de privative de liberté, le tribunal a prononcé une amende de 500 francs ainsi qu'une peine pécuniaire de 50 jours-amendes à 30 francs. Cette dernière sanction concerne des ordonnances pénales prononcées par les justices bernoise et bâloise. La condamnation d'Andrea Stauffacher n'est pas définitive et peut être attaquée devant la Cour d'appel du Tribunal pénal fédéral.

Les juges de Bellinzone ont suivi le réquisitoire du procureur de la Confédération, Vincens Nold. Ce dernier estimait que l'attentat du 18 janvier 2017 contre le consulat de Turquie à Zurich était l'acte le plus grave. En tirant des fusées et des pétards, l'accusée a agi «avec une grande énergie criminelle», sans égards pour les occupants du bâtiment.

L'avocat de la défense, Me Bernard Rambert, a invoqué la politique répressive menée par le régime turc, qui justifierait l'action de sa cliente. L'attaque contre le consulat serait ainsi une «action politique».

Me Rambert a tenté également de discréditer les témoignages des policiers de la ville de Zurich pris à partie par Andrea Stauffacher lors de manifestations. Ces accusations seraient le reflet d'une action concertée de la police. La défense concluait ainsi à l'acquittement de l'activiste.

Andrea Stauffacher, 71 ans, est une figure de la scène autonome zurichoise. Elle a déjà été condamnée à plusieurs reprises pour ses «actions de résistance».

aula, ats