L'activiste Andrea Stauffacher ne s'est pas présentée à son procès

aula, ats

18.11.2021 - 11:01

Le procès de la militante d'extrême gauche Andrea Stauffacher s'est ouvert jeudi matin devant le Tribunal pénal fédéral en l'absence de l'accusée. Cette dernière répond notamment de mise en danger au moyen d'explosifs ainsi que de violences et menaces envers les fonctionnaires.

aula, ats

18.11.2021 - 11:01

Die Kommunistin Andrea Stauffacher spricht an einer unbewilligten Demonstation am Freitag, den 4 November 2016, in Zuerich. In der Tuerkei hat die tuerkische Polizei bei Razzien die Chefs der prokurdischen Oppositionspartei HDP verhaftet. Kurz danach gab es bei einem Autobombenanschlag in der Kurdenstadt Diyarbakir acht Tote und über 100 Verletzte. Die demonstration in Zuerich richtet sich gegen das Vorgehen der tuerkischen Regierung. (KEYSTONE/Siggi Bucher)
Âgée de 71 ans, Andrea Stauffacher est une figure de la mouvance autonome zurichoise. (archives)
KEYSTONE

La Cour des affaires pénales a décidé de procéder à l'administration des preuves malgré l'absence de l'accusée. Celle-ci est convoquée à nouveau pour vendredi. Si elle devait ne pas se présenter, elle pourrait être jugée par défaut.

Âgée de 71 ans, Andrea Stauffacher est une figure de la mouvance autonome zurichoise. Elle est accusée notamment d'avoir tiré des feux d'artifice et deux fusées contre le consulat général de Turquie en janvier 2017.

Contrôle mouvementé

Lors d'une manifestation non autorisée en faveur du mouvement «Black Lives Matter» en juin 2020, la militante aurait frappé un policier de la ville de Zurich qui tentait de relever son identité. Sept jours plus tard, elle aurait également résisté violemment à son arrestation.

Andrea Stauffacher est également accusée d'injures pour avoir traité des policiers de «marionnettes» et leur avoir fait des doigts d'honneur lors d'un rassemblement en février 2018 devant le consultat de Turquie à Zurich.

Outre l'explosion d'un autre pétard durant la grève des femmes le 14 juin 2019 à la gare de Zurich, la septuagénaire répond enfin d'infraction à l'ordonnance 2 COVID pour avoir organisé et participé à une manifestation en faveur des réfugiés en avril 2020. Andrea Stauffacher a été condamnée à de multiples reprises par le passé pour ses actions de résistance à l'autorité.

aula, ats