Classement international

L'EPFZ recule, mais reste numéro un en Europe 

wk, ats

8.6.2022 - 22:09

L'Ecole polytechnique de Zurich (EPFZ) reste la seule université non anglophone à figurer parmi les dix meilleures institutions académiques au monde du classement 2023 de QS Quacquarelli Symonds. Elle perd toutefois un rang et se retrouve à la neuvième place.

The rear of the main building of the Swiss Federal Institute of Technology, ETH, with the Polyterrase in the foreground, in Zurich, Switzerland, on June 25, 2019. (KEYSTONE/Christian Beutler)
 
Die Rueckseite des Hauptgebaeudes der ETH Zuerich mit der Polyterrasse im Vordergrund, aufgenommen am 25. October 2019 in Zuerich. (KEYSTONE/Christian Beutler)
L'Ecole polytechnique de Zurich (EPFZ) reste la seule université non anglophone à figurer parmi les dix meilleures institutions académiques au monde du classement 2023 de QS Quacquarelli Symonds.
KEYSTONE

wk, ats

8.6.2022 - 22:09

L'Ecole polytechnique de Lausanne (EPFL) recule du 14e au 16e rang et l'Université de Zurich passe de la 70e à la 83e place, indique un communiqué mercredi de la société d'analyse du secteur de l'enseignement supérieur QS Quacquarelli Symonds. Toutes les autres universités suisses se retrouvent au-delà du 100e rang: celle de Berne est 120e (119e en 2022), celle de Genève 125e (105e) et celle de Bâle 136e (138e).

Plus loin, on trouve l'Université de Lausanne à la 203e place (176e), l'Università della Svizzera Italiana à la 240e place (=), l'Université de St-Gall au-delà de la 501e place (459e) et enfin celle de Fribourg, classée entre le 571e et le 580e rang (561-570e).

Le classement est encore une fois largement dominé par les universités américaines et britanniques. Pour la onzième année de suite, le Massachusetts Institute of Technology (USA) arrive en tête. Il est suivi par l'Université de Cambridge (GB) et celle de Stanford (USA).

Le classement QS de cette année est le plus important jamais réalisé, puisqu'il inclut 1418 institutions académiques réparties sur 100 sites. Il se base sur divers indicateurs, notamment les statistiques des publications spécialisées. Des sondages parmi les scientifiques ou les employeurs sont également pris en compte dans cette analyse.

wk, ats