En une année La cybercriminalité a bondi de 45% à Genève 

tb, ats

28.3.2022 - 13:44

Avec une hausse de 45%, la cybercriminalité a très fortement augmenté à Genève entre 2020 et 2021. Afin de lutter contre ce phénomène préoccupant, une Brigade de cyber-enquêtes (BCE) dotée de quatorze inspecteurs a été créée en septembre 2021. Cette unité devrait être renforcée d'ici la fin de l'année.

Le capitaine Patrick Ghion (à gauche), spécialiste de la cybercriminalité à la police genevoise, estime qu'il faut renforcer les campagnes de prévention contre la cybercriminalité. Tant qu'une personne n'a pas été directement touchée, elle ne se sent malheureusement pas concernée, constate-t-il.
Le capitaine Patrick Ghion (à gauche), spécialiste de la cybercriminalité à la police genevoise, estime qu'il faut renforcer les campagnes de prévention contre la cybercriminalité. Tant qu'une personne n'a pas été directement touchée, elle ne se sent malheureusement pas concernée, constate-t-il.
ATS

tb, ats

28.3.2022 - 13:44

Depuis sa création, la BCE traité 298 affaires, dont 70 concernent des «money mules», soit des personnes qui acceptent en échange d'une commission de mettre à disposition leur compte bancaire pour transférer de l'argent sale. Il y a aussi eu 65 cas d'usurpations d'identité, 9 d'investissements frauduleux en ligne, 6 d'arnaques amoureuse et 3 cas de vols de cryptomonnaie.

Trois inspecteurs supplémentaires sont attendus au deuxième semestre 2022, a relevé lundi devant la presse, le major Richard Boldrini, chef de la police judiciaire. Les compétences des collaborateurs qui reçoivent les plaintes en lien avec la cybercriminalité doivent également être renforcées, a-t-il souligné lors la présentation des statistiques policières 2021.

Honte

Sans surprise, la cybercriminalité économique est le domaine le plus touché par des cyberinfractions (93,1%). En 2021, 1664 cyberescroqueries en lien avec des abus d'identité, comme la création de faux comptes clients, ont été recensées (904 en 2020). Viennent ensuite des escroqueries en lien avec des objets payés mais non livrés, ou inversement, (270 en 2021 et 156 en 2020).

En l'état, il est impossible d'estimer le montant du préjudice subi par les victimes, relève Patrick Ghion, chef de section à la police judiciaire et spécialiste en cybercriminalité. D'autant plus, que les victimes annoncées ne représentent que la pointe de l'iceberg. Trop souvent, les victimes se sentent honteuses et hésitent à porter plainte.

Partenariats

Des partenariats ont été créés avec des plates-formes de vente en ligne afin d'avancer dans les enquêtes, a-t-il précisé. «On arrive à un certain succès quand les délits sont commis depuis la Suisse», a expliqué le spécialiste.

Mais c'est plus compliqué quand les excrocs agissent depuis l'étranger. Dans ce cas, il s'agit avant tout d'empêcher que le délit ne soit commis en rendant l'activité des malfrats plus difficile. Les comptes des potentiels escrocs sont ainsi identifiés et supprimés avant qu'ils ne puissent agir, a expliqué M.Ghion.

Alors que ces cyberescroqueries sont en hausse, les vols par effraction sont en revanche en nette baisse (- 65% de cambriolages, – 73% de vols à la tire et – 80% de vols à l'arraché). Des arrestations expliquent cette diminution, mais également des changements de comportements liés à la pandémie, comme le télétravail.

tb, ats