La police vaudoise alerte! Ils droguent et détroussent des gays ciblés sur des apps de rencontre

sj, ats

8.12.2023 - 10:43

La Police cantonale vaudoise met en garde contre un nouveau phénomène ciblant notamment des hommes qui ont des relations sexuelles ou intimes avec des hommes dans le but de les détrousser. Actuellement, en Suisse et dans des pays voisins, plusieurs cas ont été signalés.

Les auteurs attirent leurs victimes au moyen de faux profils sur des applications de rencontre gay (image symbolique).
Les auteurs attirent leurs victimes au moyen de faux profils sur des applications de rencontre gay (image symbolique).
Imago

sj, ats

8.12.2023 - 10:43

«Après avoir pris contact sur des plateformes internet de rencontres, comme romeo.com et hunqz.com, les victimes donnent rendez-vous à la personne rencontrée pour une prestation de massage tarifée ou une autre prestation à leur domicile. Chez elles et à leur insu, elles sont droguées puis détroussées, voire agressées, alors qu’elles se trouvent dans un état d'inconscience», a indiqué vendredi la police vaudoise dans un communiqué.

Depuis 2021, 17 cas présumés de soumission chimique au moyen de GBL (drogue de synthèse) selon ce modus operandi ont été recensés, dont 11 cas en Suisse. A ce jour, les cantons de Berne, Bâle-Campagne, Genève, Vaud, Zoug et Zurich ainsi que l'Allemagne et l'Autriche sont touchés par ce phénomène, selon la police vaudoise.

Deux Roumains interpellés

Les auteurs attirent leurs victimes au moyen de faux profils. Deux suspects, des ressortissants roumains de 27 et 41 ans s'exprimant également dans d'autres langues ont été interpellés à l'étranger, précise-t-on.

Les polices cantonales avec l'appui de fedpol ont organisé à Lausanne, la semaine passée, une réunion opérationnelle afin de se coordonner et partager les informations d'enquête. Les investigations, sous la responsabilité des ministères publics respectifs, se poursuivent afin d'identifier d’autres personnes impliquées dans ces affaires, poursuit le communiqué.

Le Ministère public vaudois a été saisi de quatre cas. Les opérations d'enquête ont été confiées à la brigade criminelle et la brigade de police scientifique de la police de sûreté vaudoise en étroite collaboration avec les enquêteurs des autres cantons et pays concernés. En raison des investigations en cours, aucune autre information sur ces procédures pénales ne sera communiquée à ce stade, indique encore la police.

Les polices recommandent au public ciblé d'être particulièrement vigilant et, en cas de doutes sur la personne rencontrée par internet, de ne pas accepter ce type de rendez-vous. Il est demandé aux victimes de s'annoncer à la police sans délai.

sj, ats