Zurich Prof gay viré: ça va coûter 120'000 francs à la commune

Sven Ziegler

12.6.2024

Sous la pression de parents conservateurs, un enseignant homosexuel de l'école primaire Obermatt à Pfäffikon (ZH) a été contraint de quitter son poste il y a quelques mois. Aujourd'hui, pour la première fois, la commission scolaire s'est exprimée publiquement sur cette affaire.

L'enseignant a dû quitter son poste suite aux protestations de parents conservateurs (image symbolique).
L'enseignant a dû quitter son poste suite aux protestations de parents conservateurs (image symbolique).
IMAGO/Westend61

12.6.2024

L'affaire a éclaté il y a deux mois, propulsant l'école zurichoise au centre d'un conflit largement médiatisé à travers la Suisse. L'enseignant a été confronté à l'hostilité de certains parents conservateurs, ce qui a finalement conduit à son départ forcé.

La directrice de l'éducation zurichoise, Silvia Steiner, a critiqué la gestion de l'école dans cette affaire. L'enseignant, de son côté, a reçu de nombreux messages de soutien depuis son départ, affirmant que cela «représente beaucoup pour [lui]».

Lundi soir, lors d'une assemblée communale, la direction de l'école a répondu aux questions des partis locaux devant environ 250 personnes. Roger Klos, vice-président de l'UDC, a indiqué que c'était la première fois qu'ils étaient juridiquement autorisés à fournir des informations détaillées.

Viré pour éviter une escalade du conflit

Le conflit a commencé avec des cours d'éducation sexuelle, obligatoires dans le canton de Zurich. Certains parents ont retiré leurs enfants de ces cours, prétendant que des pratiques homosexuelles y étaient enseignées. Des enquêtes menées par la direction de l'école ont infirmé ces allégations. Malgré ces clarifications, le conflit s'est intensifié, avec des «incidents tumultueux devant l'école».

La direction de l'école a justifié le licenciement de l'enseignant pour éviter une escalade du conflit. Le président de la commune, Marco Hirzel, a expliqué à la SRF que l'enseignant n'avait pas été licencié en raison de son homosexualité et qu'il n'y avait pas de discrimination. Néanmoins, la situation était devenue si complexe qu'aucune autre solution ne semblait envisageable.

Des parents «récompensés pour leur comportement»

Marco Hirzel a regretté que les parents conservateurs aient réussi à atteindre leur objectif. Il a annoncé des mesures pour éviter de futurs conflits similaires, incluant des formations continues pour les autorités scolaires et les enseignants, ainsi que le recours à des spécialistes externes pour les cours d'éducation sexuelle.

L'assemblée communale a exprimé des critiques envers la procédure. Un membre de l'assemblée a dénoncé le fait que les parents de l'Eglise libre aient été «récompensés pour leur comportement». Une autre participante a affirmé que le licenciement de l'enseignant n'était pas une solution appropriée pour éviter l'escalade.

L'affaire n'est pas encore close et sera examinée par le conseil de district. Jusqu'à présent, ce conflit a coûté environ 120'000 francs à la commune, dont la moitié pour des conseils externes en communication et un accompagnement juridique.