«Personnage à deux faces»

Le passé trouble de Mike Horn questionne les politiques

La Rédaction de blue News

25.1.2023

Le reportage de «Temps Présent» sur la RTS au sujet des activités de l'aventurier au sein de l'armée sud-africaine durant l'apartheid, dans les années 1980, fait des vagues jusqu'au Grand Conseil vaudois.

Pour la députée Jessica Jaccoud, le passé de Mike Horn dans l'armée sud-africaine en plein apartheid remet en cause sa légitimité en tant qu'ambassadeur du canton de Vaud. (archives)
Pour la députée Jessica Jaccoud, le passé de Mike Horn dans l'armée sud-africaine en plein apartheid remet en cause sa légitimité en tant qu'ambassadeur du canton de Vaud. (archives)
KEYSTONE

La Rédaction de blue News

25.1.2023

L'enquête de la RTS s'intéressant aux jeunes années de Mike Horn en Afrique du Sud, et notamment à son engagement dans le bataillon 101 en Namibie alors occupée, en a surpris plus d'un. Jusqu'à la sphère politique.

La députée Jessica Jaccoud a déposé une interpellation au Grand Conseil vaudois, attirant notamment l'attention sur le fait que l'aventurier est membre d'honneur de «Vaud Promotion». 

«La légitimité de Mike Horn en qualité d'ambassadeur du canton de Vaud aujourd'hui doit être questionnée à l'aune de ces révélations», a affirmé la socialiste ce mardi dans la Matinale de la RTS. Pour elle, le Conseil d'Etat vaudois «doit se demander» ce qu'il souhaite retenir de ce «personnage à deux faces», et si le résident de Château-d'Oex peut continuer à représenter le canton.

Jessica Jaccoud évoque également, comme le rapporte la RTS, «les raisons et motifs de l'arrivée de Mike Horn en Suisse juste avant la chute du régime d'apartheid sud-africain», des points qui restent sans réponse après la diffusion de «Temps Présent».

Rappelons que Mike Horn a tenu à amener des précisions après le tournage de son interview, un message qui a été transmis tel quel par la RTS à l'issue de la diffusion: il a notamment indiqué qu'il «regrette ces opérations» tout en affirmant assumer son passé. Il a ajouté n'avoir «jamais soutenu le régime de l'apartheid non seulement durant ses obligations militaires, mais également une fois celles-ci accomplies».