Dérèglement climatique

Les tempêtes de sable, un risque pour la santé humaine

ATS

21.5.2022 - 06:31

Les tempêtes de sable proviennent surtout des régions arides ou semi-arides d'Afrique du Nord, de la péninsule arabique, d'Asie centrale et de Chine (archives).
ATS

Les tempêtes de sable, qui affectent le Moyen-Orient ces derniers jours et risquent de se multiplier avec le dérèglement climatique, ne sont pas sans danger pour l'homme, selon des spécialistes. Elles provoquent des troubles respiratoires qui peuvent tuer.

ATS

21.5.2022 - 06:31

En Irak, affecté par huit tempêtes de sable depuis la mi-avril, au moins 4000 personnes ont dû se rendre lundi dans des hôpitaux pour des troubles respiratoires. L'épisode précédent avait entraîné le 5 mai un décès dû à des troubles similaires, qui avaient poussé plus de 5000 personnes à aller à l'hôpital.

Les tempêtes de sable et de poussière touchent au total plus de 150 pays et régions, avec des impacts notamment sur l'environnement, la santé, l'économie, selon l'Organisation météorologique mondiale (OMM). Des vents violents soulèvent dans l'atmosphère de grandes quantités de sable et de poussière pouvant parcourir des centaines, voire des milliers de kilomètres.

Local et global

«C'est un phénomène à la fois local et global, avec une intensité plus forte dans les zones d'origine», note Carlos Pérez García-Pando, expert en tempêtes de sable et de poussière au Barcelona Supercomputing Center (BsC) et à l'ICREA (l'institution catalane de recherches et d'études avancées).

Ces tempêtes proviennent surtout des régions arides ou semi-arides d'Afrique du Nord, de la péninsule arabique, d'Asie centrale et de Chine. L'Australie, le continent américain et l'Afrique du Sud sont des sources moins actives. «Les poussières aéroportées représentent une sérieuse menace pour la santé», écrit l'OMM, institution spécialisée de l'ONU.

Les brumes de sables sont composées de particules pouvant pénétrer dans l'appareil respiratoire et nuire à la sphère respiratoire mais également cardiovasculaire. Leur taille détermine «en grande partie l'ampleur du danger», souligne l'OMM.

Les particules fines (plutôt autour de 10 micromètres) «se déposent souvent dans le nez, la bouche et les voies respiratoires supérieures et peuvent causer des affections respiratoires (asthme, trachéite, pneumonie, rhinite allergique, silicose)», poursuit l'institution.

«Irrespirable»

«La gravité est cependant moindre qu'avec les particules ultrafines, issues par exemple du trafic routier, lesquelles peuvent pénétrer dans le cerveau ou le système sanguin», déclare à l'AFP Thomas Bourdrel, médecin radiologue, chercheur à l'université de Strasbourg, membre du collectif Air Santé Climat.

Si les particules de sable, faites de beaucoup d'éléments minéraux, ont «une composition moins toxique que des particules liées par exemple au chauffage au bois, au charbon, au diesel ou à des incendies de forêt ou industriels», «leur densité extrême lors des tempêtes provoque une hausse de la mortalité cardio-respiratoire assez significative, surtout chez les plus fragiles», explique-t-il.

Avec «une concentration de milliers de micromètres cubes dans l'air, c'est quasi irrespirable», abonde Carlos Perez García-Pando. Les plus âgés, les jeunes enfants, les insuffisants respiratoires et cardiaques sont plus à risque.

Les habitants des pays régulièrement confrontés aux tempêtes de sable ont une exposition plus chronique que, par exemple, les Européens confrontés plus rarement aux poussières venant du Sahara comme avec l'épisode marquant en mars.

Sécheresse aggravante

En fonction des conditions météorologiques et climatiques, la poussière de sable peut rester en suspension dans l'air pendant des jours et voyager sur d'immenses distances, agrégeant parfois au passage des bactéries, des spores de pollen, des champignons et des virus.

La fréquence et l'intensité des tempêtes de sable pourraient augmenter sous l'effet du dérèglement climatique, estiment certains scientifiques. Mais le phénomène est «plein d'incertitudes» et «complexe», avec un cocktail de facteurs (chaleur, vent, pratiques d'agriculture), précise à l'AFP Carlos Pérez García-Pando.

«Dans certaines zones, le changement climatique pourrait réduire les vents à l'origine des tempêtes, mais les phénomènes extrêmes pourraient perdurer voire augmenter», selon lui. Avec la hausse des températures, il est ainsi probable que les terres dans de nombreuses régions deviennent plus arides.

«Cette année, une importante anomalie de température a été observée dans l'est de l'Afrique, au Moyen-Orient, en Asie de l'Est et cette sécheresse affecte la végétation, un facteur qui pourrait accroître les tempêtes de poussière», remarque le chercheur espagnol.

ATS