Petits animaux Les vendeurs doivent améliorer les conseils sur les enclos

vf, ats

8.2.2022 - 13:37

Poissons, hamsters ou cochons d'Inde ont besoin d'un espace de vie adapté. Pour garantir une détention conforme à la législation sur la protection des animaux, la Confédération a précisé les devoirs d'information des fournisseurs d'enclos, terrariums ou aquariums vendus en magasins et en ligne.

L'Office demande aux fournisseurs d'étiqueter correctement les enclos vendus dans leurs magasins et en ligne. (image d'illustration)
L'Office demande aux fournisseurs d'étiqueter correctement les enclos vendus dans leurs magasins et en ligne. (image d'illustration)
KEYSTONE

vf, ats

8.2.2022 - 13:37

Depuis quatre ans, la loi fixe la dimension des enclos, des aquariums ou des terrariums. Elle stipule aussi que le fournisseur doit déclarer quels sont les enclos autorisés pour chaque espèce animale et le nombre d’animaux qui peuvent y être détenus, rappelle mardi l'Office fédéral des affaires vétérinaires (OSAV). Ces dispositions ne sont apparemment pas assez respectées.

En 2021, la Protection suisse des animaux (PSA) a contrôlé plus de trente magasins et a constaté que dans deux tiers des points de vente, les enclos n’étaient pas déclarés conformément aux prescriptions. Pour remédier à ces lacunes, l'OSAV propose des exemples concrets illustrant comment déclarer les enclos pour toutes les espèces animales.

Ces informations indiquent notamment comment calculer la surface minimale d’un enclos. Dans les cages pour hamsters par exemple, la profondeur de la litière doit être d'au moins 15 centimètres pour que les animaux puissent exprimer leur besoin naturel de creuser des galeries et des terriers, illustre l'OSAV.

L'Office demande donc aux fournisseurs d'étiqueter correctement les enclos vendus dans leurs magasins et en ligne. Il les prie aussi d’informer et de conseiller en détail leur clientèle. L'objectif est au final d'améliorer les conditions de vie de millions d'animaux de compagnie.

vf, ats