Libération sous caution pour Keiko Fujimori

ATS

1.5.2020 - 01:42

Keiko Fujimori purge depuis le 29 janvier une peine de 15 mois de prison préventive dans le cadre du scandale de corruption Odebrecht (archives).
Source: KEYSTONE/AP/Martin Mejia

La justice péruvienne a accordé jeudi une mesure de liberté sous caution à la cheffe de l'opposition Keiko Fujimori. Elle est en détention préventive depuis trois mois dans le cadre d'un scandale de corruption.

«La deuxième Cour d'appel pénale nationale spécialisée dans la criminalité organisée impose une citation à comparaître restrictive à Keiko Fujimori Higuchi, après le paiement d'une garantie financière de 70'000 soles (environ 20'000 francs, ndlr) dans les cinq jours ouvrables», a annoncé l'institution sur son compte Twitter.

Keiko Fujimori, 44 ans, avait récemment demandé une suspension de sa détention en raison des risques liés à l'épidémie de coronavirus. Mais la justice a finalement répondu à une demande antérieure de libération présentée par sa défense.

La fille aînée de l'ex-président Alberto Fujimori (1990-2000) purge depuis le 29 janvier une peine de 15 mois de prison préventive dans le cadre du scandale de corruption Odebrecht, du nom d'un géant brésilien du bâtiment qui a reconnu avoir versé des pots-de-vin à de nombreux dirigeants politiques latino-américains.

«Nous venons d'apprendre que la justice a révoqué la prison préventive de Keiko. Merci à Dieu pour cette opportunité (qui lui est donnée) de vivre et de prendre soin de sa famille», a indiqué son avocate Giulliana Loza sur Twitter.

Outre Keiko Fujimori, quatre anciens présidents péruviens – Alejandro Toledo (2001-2006), Alan Garcia (1985-1990 et 2006-2011), qui s'est suicidé, Ollanta Humala (2011-2016) et Pedro Pablo Kuczynski (2016-2018) – ont été mis en cause dans le scandale Odebrecht.

Retour à la page d'accueil

ATS