Un homme retrouvé égorgé dans un foyer, un suspect en garde à vue

ATS

6.12.2021 - 12:34

ATS

6.12.2021 - 12:34

Un homme a été placé en garde à vue lundi à Nogent-sur-Oise, soupçonné d'avoir égorgé un autre homme dans un foyer à la suite d'un différend, a-t-on appris auprès du parquet de Senlis.

epa05597111 The detail of a French police officer's armband seen during a protest against anti-police violence in front of the Notre Dame Cathedral in Paris, France, 21 October 2016. Police officers protested in the streets of Paris during unauthorized night demonstrations calling for reinforcements and stiffer penalties following a string of attacks. EPA/CHRISTOPHE PETIT TESSON
Le corps d'un homme adulte a ensuite été découvert par les secours. (photo d'illustration).
KEYSTONE

Selon une source proche de l'enquête, la victime, un homme d'une trentaine d'années, était le gardien du foyer.

Un départ de feu a été signalé au sein du foyer et «dans un temps très voisin, un individu s'est présenté à la police municipale de Nogent-sur-Oise afin de s'accuser des faits, ainsi que l'homicide volontaire d'une personne adulte avec laquelle il aurait eu un différend au sein du foyer», a expliqué dans un communiqué le procureur de Senlis, Jean-Baptiste Bladier.

Le corps d'un homme adulte a ensuite été découvert par les secours, entre deux bâtiments de ce foyer Adoma d'insertion par le logement. «Sous toutes réserves à ce stade, le décès pourrait être consécutif à un égorgement», écrit M. Bladier.

«Le mis en cause, né en 1988, de nationalité soudanaise, est actuellement en garde à vue», poursuit-il, précisant que cet homme n'a «pas d'antécédent judiciaire à l'exception d'un rappel à la loi pour une infraction à la législation sur les transports».

«Aucun de ses propos ne laisse apparaître une quelconque motivation qui serait liée à une radicalisation», souligne le procureur, ajoutant qu'«au moment de son interpellation, il a fait état d'idées suicidaires».

Selon une source proche de l'enquête, l'homme en garde à vue est un étranger en situation irrégulière, en France depuis 2015.

Une enquête de fragrance a été ouverte, confiée au commissariat de Creil.

ATS