Convois de la liberté

Paris sous surveillance, premiers départs vers Bruxelles

ATS

13.2.2022 - 10:38

Dans le cadre de la manifestation des "convois de la liberté", les forces de l'ordre ont interpellé samedi à Paris 97 personnes et ont en verbalisé 513, selon un bilan officiel.
ATS

Quelques centaines de véhicules participant aux convois anti-pass vaccinal ont quitté la région parisienne tôt dimanche pour rallier Bruxelles et y manifester lundi, malgré l'interdiction prise par les autorités belges. Paris restait sous haute surveillance policière.

ATS

13.2.2022 - 10:38

Selon une source policière, près de 450 sont partis de bonne heure des abords de Paris et du bois de Boulogne, dans l'ouest de Paris, où ils avaient fait halte. D'autres pourraient se mettre en route pour Bruxelles dans la matinée s'ils suivent le mot d'ordre des organisateurs de ce mouvement baptisé «convois de la liberté», à l'instar des convois au Canada qui paralysent aujourd'hui Ottawa et ont fait des émules dans plusieurs autres pays.

Les autorités belges ont toutefois interdit toute manifestation à Bruxelles «avec des véhicules motorisés» et ont annoncé avoir pris des mesures «pour empêcher le blocage de la région Bruxelles-Capitale».

Des milliers d'opposants au pass sanitaire ou au président Emmanuel Macron ont convergé vers Paris pour y manifester samedi, en dépit de l'interdiction des autorités françaises qui ont mobilisé quelque 7500 membres de l'ordre depuis vendredi pour éviter le blocage de la capitale.

Dans un tweet, la préfecture de police de Paris a dit «maintenir son dispositif ce dimanche».

Derniers manifestants dispersés

Paris n'a pas été bloquée samedi mais les forces de l'ordre ont interpellé 97 personnes et en ont verbalisé 513, selon un bilan officiel. Elles sont notamment intervenues dans la nuit dans le quartier des Champs-Elysées et au bois de Boulogne pour disperser les derniers participants, a indiqué la préfecture de police.

En début d'après-midi samedi, plus d'une centaine de véhicules étaient parvenus à rejoindre les très touristiques Champs-Elysées, avant d'en être progressivement évacués à coups de gaz lacrymogène.

Revendications multiples

Le mouvement français rassemble des opposants au pass vaccinal qui réserve aux personnes immunisées contre le Covid-19 l'accès à bon nombre de lieux accueillant du public mais aussi des manifestants aux revendications sociales, sur le pouvoir d'achat et le coût de l'énergie, similaires à celles du grand mouvement de contestation populaire des «gilets jaunes» qui avait secoué la France pendant plusieurs mois à partir de l'automne 2018.

Parmi les interpellés samedi, figure d'ailleurs un des visages des «gilets jaunes» Jérôme Rodrigues, en tant qu'organisateur d'une manifestation interdite. Il était toujours en garde à vue dimanche matin comme 80 autres personnes, selon le parquet.

Le préfet de police de Paris a par ailleurs demandé dimanche une enquête administrative interne après la diffusion sur les réseaux sociaux d'une vidéo montrant un policier frapper un homme à la tête avec sa matraque, sur les Champs-Elysées.

Les mobilisations autorisées contre les mesures sanitaires ont rassemblé 32'100 manifestants en France, dont près de 7600 à Paris, selon le ministère de l'Intérieur. Des chiffres qui ne comprennent pas l'opération «convois» interdite par la préfecture de police.

ATS