Projet d'attentat à Marseille 2 hommes condamnés à des peines de 24 et 28 ans de réclusion

ATS

3.12.2023 - 03:18

La cour d'assises spéciale de Paris a condamné dimanche à 24 et 28 ans de réclusion criminelle deux hommes accusés d'avoir projeté un attentat à Marseille pendant la campagne présidentielle de 2017. Les peines sont assorties d'une période de sûreté des deux tiers.

Les deux principaux suspects avaient été interpellés à Marseille, cinq jours avant le premier tour de la présidentielle de 2017 (cliché symbolique/Keystone archives).
Les deux principaux suspects avaient été interpellés à Marseille, cinq jours avant le premier tour de la présidentielle de 2017 (cliché symbolique/Keystone archives).
ATS

ATS

3.12.2023 - 03:18

La cour s'est démarquée de l'accusation qui avait requis la peine maximale prévue par la loi, soit 30 ans de réclusion criminelle, à l'encontre des deux hommes jugés pour association de malfaiteurs terroriste criminelle.

Contre les dix autres accusés, dont un, en fuite, la cour a prononcé deux acquittements et des peines allant de deux ans, assortie d'un an de sursis, à 13 ans de réclusion criminelle assortie d'une période de sûreté des deux tiers.

Parmi ces accusés, huit comparaissaient libres. Un seul, condamné à six ans de détention, a été mis sous mandat de dépôt à l'issue de l'audience. Les autres condamnés effectueront leur peine à domicile sous bracelet électronique.

«La loi du talion»

Repérés sur les réseaux sociaux par un agent de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), Clément Baur, 30 ans et Mahiedine Merabet, 36 ans avaient été interpellés à Marseille, cinq jours avant le premier tour de la présidentielle de 2017.

Selon l'accusation, les deux hommes auraient cherché à contacter, via la plateforme Telegram, l'Etat islamique pour lui transmettre une vidéo d'allégeance et de revendication. Mais c'est chez un agent infiltré de la DGSI, que leur vidéo avait atterri.

Elle montrait des dizaines de munitions disposées sur une table de manière à écrire «la loi du talion», au côté d'un fusil-mitrailleur Uzi, d'un drapeau de l'EI et la Une du Monde du 16 mars 2017 avec une photographie du candidat de droite à la présidentielle François Fillon ainsi que des clichés d'enfants victimes de bombardements en Syrie.

Dans leur planque, la police avait découvert plus de 3,5 kg de TATP, un explosif artisanal fabriqué par M. Merabet, un fusil mitrailleur Uzi chargé, trois pistolets, des centaines de munitions ainsi que des boulons, une perruque, un gilet tactique, un couteau de chasse, une caméra GoPro. De quoi commettre un carnage et le filmer, selon l'accusation.

Parmi les recherches de cibles effectuées sur Internet par les deux hommes, il y avait notamment: «sauna gay», «club libertin», «bar FN», «meeting Le Pen Marseille», «bar américain», «restaurant casher». «Autant de cibles qui répondaient aux objectifs de l'Etat islamique», a souligné l'une des avocates générales. Aucune cible n'a cependant pu être clairement définie au cours du procès.

ATS