Condamné à 14 ans de prison pour avoir tué son ami d'enfance

hael, ats

4.5.2021 - 10:04

hael, ats

4.5.2021 - 10:04

Un Roumain de 33 ans a été condamné mardi à 14 ans de prison pour avoir tué un ami d'enfance et collègue de travail de 15 coups de couteau en septembre 2018 à Samstagern (ZH). Le tribunal de district de Horgen (ZH) l'a reconnu coupable d'assassinat.

Zaeune saeumen den Erweiterungsbau des Vollzugszentrum Bachtel (VZB), einer kantonalen Institution in der Straffaellige ihre Freiheits- und Ersatzfreiheitsstrafen im offenen Vollzug verbuessen, anlaesslich der Einweihung der Anlage, aufgenommen am Freitag, 23. April 2021 in Hinwil. Die neue Anlage kann 94 Insassen aufnehmen und 50 Mitarbeitende halten den Betrieb aufrecht.(KEYSTONE/Ennio Leanza)
L'homme de 33 ans a été condamné mardi à 14 ans de prison pour avoir tué à coups de couteau un ami d'enfance et collègue de travail en septembre 2018 à Samstagern (ZH).
KEYSTONE

Le tribunal a aussi ordonné que le prévenu soit expulsé de Suisse pendant 13 ans. La soeur et les parents de la victime recevront 34'000 à titre d'indemnisation. Le jugement n'est pas encore entré en force.

Le procureur a requis 20 ans de prison pour assassinat et 15 ans d'expulsion du pays. La défense a plaidé l'acquittement en raison du manque de preuves. Un recours auprès du tribunal cantonal est très probable. L'accusé a gardé le silence tout au long du procès.

Beaucoup d'alcool

L'accusé et la victime viennent de Roumanie. Ils étaient les deux ouvriers du bâtiment. Le soir du crime, au début du mois de septembre 2018, ils se trouvaient à Samstagern dans un logement loué par l'entreprise de construction qui les employait. Ils ont beaucoup bu. L'ambiance festive a basculé dans l'agressivité et les deux hommes se sont battus.

Un colocataire, qui a été interrogé par la cour en tant que témoin, a pu les séparer et ils ont cessé de se battre. Plus tard, lorsque tout le monde s'est endormi, l'accusé est entré dans la chambre où dormait la future victime, selon l'acte d'accusation. Il a poignardé son compatriote à 15 reprises avec un couteau, le blessant mortellement. L'arme n'a jamais été retrouvée.

En l'absence de preuves, le tribunal a fondé son verdict sur des indices. Sur les trois juges qui composent la cour, deux estiment qu'il n'y a pas de doute que l'accusé est bien l'auteur du crime. Le troisième juge est d'avis que les indices ne sont pas suffisants.

Disputes fréquentes

Le prévenu, âgé de 33 ans, n'avait pas de casier judiciaire. Il est arrivé en Suisse quelques mois avant le crime grâce à l'aide de la future victime. Une amitié de longue date les liait, mais ils se disputaient souvent, surtout lorsqu'ils avaient bu, a souligné le président du tribunal.

Après la bagarre à Samstagern, l'accusé a proféré des menaces. Il a aussi envoyé un message par téléphone portable à sa petite amie en Roumanie pour lui dire que s'il ne la contactait pas le lendemain matin, c'est qu'il aurait tué quelqu'un.

Pour le tribunal, le crime n'a pas été planifié longtemps à l'avance. L'accusé a voulu se venger et rétablir son honneur après avoir été insulté et frappé. La victime l'avait provoqué et attaqué en premier. Le prévenu avait bu beaucoup d'alcool, mais sa culpabilité n'était pas restreinte pour autant, selon les juges.