Sèche-linge meurtrier Sept enfants et leur mère morts dans un incendie

ATS

6.2.2023 - 17:27

Un feu «très violent» et une famille emportée: sept enfants de 2 à 14 ans sont morts asphyxiés avec leur mère dans la nuit de dimanche à lundi dans l'incendie de leur maison en France, provoqué a priori par leur sèche-linge. Seul le père a survécu.

France: sept enfants et leur mère décèdent dans l'incendie de leur maison

France: sept enfants et leur mère décèdent dans l'incendie de leur maison

Sept enfants de 2 à 14 ans sont morts asphyxiés avec leur mère dans la nuit de dimanche à lundi, dans l'incendie a priori accidentel de leur maison, dans l'Aisne. Seul le père a survécu.

06.02.2023

ATS

6.2.2023 - 17:27

Le drame est le plus meurtrier impliquant des enfants en France depuis la mort en 2013 de cinq enfants de 2 à 9 ans asphyxiés dans la nuit du 30 au 31 mars à Saint-Quentin (nord-est) lors d'un incendie d'origine accidentelle.

«La Nation partage le choc et la peine» de la famille et de ses proches, a réagi le président Emmanuel Macron sur Twitter.

A Charly-sur-Marne, à une centaine de kilomètres à l'est de Paris, les enfants, cinq filles et deux garçons, et leur mère sont mortes asphyxiées, «les corps n'étaient pas calcinés», a affirmé à l'AFP le procureur, Julien Morino-Ros.

Quatre des enfants étaient issus d'une première union de la mère, a précisé la gendarmerie.

Au rez

«C'est à priori un sèche-linge qui a pris feu au rez-de-chaussée», a indiqué le procureur, alors qu'une enquête a été ouverte.

Le père de cette famille recomposée, âgé de 40 ans, et gravement brûlé, a été extrait de l'habitation, située dans le centre de cette commune de 2600 habitants, et transféré à l'hôpital.

C'est un «premier sapeur-pompier», un voisin, intervenu «individuellement», qui a pu «procéder à son sauvetage», avant l'arrivée de ses collègues, selon la préfecture et le parquet. L'homme, dont les jours ne sont pas en danger, a été sédaté.

Selon le récit du procureur à l'AFP, il a tenté d'intervenir en descendant au rez-de-chaussée, où se trouvait le sèche-linge, demandant à sa famille de se mettre à l'abri au deuxième étage, un comble aménagé.

Cellule psychologique

Un piège qui s'est finalement refermé sur les victimes: tandis que la fumée noire envahissait l'escalier, les pompiers, qui ont dû utiliser des échelles, peinaient à intervenir du fait de la configuration des lieux, une maison encastrée dans une rue étroite du centre de la commune, de quelque 2600 habitants.

Les volets électriques de l'habitation étaient aussi bloqués par la panne électrique, a relevé le procureur.

Appelés à 00h49, selon la préfecture, les pompiers ont déployé d'importants moyens, avec 80 soldats du feu présents, qui ont utilisé deux grandes échelles.

En début de matinée, le feu avait été éteint après plusieurs heures de lutte.

Une cellule d'aide médico-psychologique a été mise en place au centre de secours de Charly-sur-Marne..

Bourg sous le choc

Dans le bourg, la famille était bien identifiée et de nombreux habitants, interrogés par l'AFP, avaient des enfants fréquentant les victimes en classes, conférant au drame une dimension collective.

«On les connaissait tous», résume Rémi Patou, 28 ans, un habitant.

Il est à l'initiative d'une marche blanche prévue samedi à 14h30. Ce sera un «tour de la ville», en passant par les trois établissements – maternelle, élémentaire et collège – où étaient scolarisées les jeunes victimes, pour finir devant la maison familiale «déposer tous les souvenirs», a-t-il indiqué à l'AFP.

«La maman et deux de ses enfants sont encore venus hier soir acheter des bonbons et des graines de tournesol, ils venaient presque tous les jours», décrit très émue la responsable d'une supérette, qui refuse de donner son nom.

«C'est malheureux... perdre sa femme et ses enfants», confie Laurent Christophe, 51 ans, en tenue de travail grise. Il «connaît bien» l'unique survivant du drame, un homme «simple», un «bosseur» qui travaille à la vigne «toute l'année».

Il travaillait pour l'exploitation viticole de champagne Corré. La mère s'occupait des enfants, la famille, originaire du Nord, s'était installée dans la maison il y a quatre ans.

Ce drame a lieu le jour même où débute le procès aux assises de l'incendiaire présumée d'un immeuble de la Rue Erlanger, dans le XVIe arrondissement de Paris, qui avait fait dix morts et 47 blessés dans la nuit du 4 au 5 février 2019.

Le dernier drame similaire remonte à la nuit du 15 au 16 décembre, avec la mort de dix personnes dont quatre enfants dans l'incendie d'une copropriété de sept étages située dans un quartier populaire en cours de rénovation urbaine de Vaulx-en-Velin, près de Lyon.

ATS