Soleure: Frédérik Pajak reçoit le Prix suisse de littérature

bu, ats

12.5.2021 - 21:11

Les Prix de littérature suisse ont été remis mercredi soir, un jour avant le début des Journées Littéraires de Soleure. Le ministre de la culture Alain Berset n'a pas manqué ce rendez-vous dans le contexte toujours étrange de la pandémie.

Un employe du magasin d'occasion Le Galetas du Centre Social Protestant (CSP) trie des livres de seconde main en vente dans le magasin lors de la 2eme vague de la pandemie de Coronavirus (Covid-19) ce jeudi 26 novembre 2020 a Lausanne. La fin du semi-confinement, ce printemps, a entraine une ruee sur les brocantes et magasins de seconde main. Pour se debarrasser d'objets superflus bien sur. Mais aussi pour en acquerir de nouveaux, un engouement qui perdure. (KEYSTONE/Laurent Gillieron)
Image d'illustration 
KEYSTONE/Laurent Gillieron

bu, ats

12.5.2021 - 21:11

Frédéric Pajak a reçu à cette occasion le Grand Prix de littérature 2021 pour l’ensemble de son œuvre lors d'une cérémonie pré-enregistrée. L'auteur franco-suisse est un habitué des distinctions, lui qui a déjà été consacré par le Goncourt de la Biographie en 2019.

A la fois excessif et touche-à-tout, Frédéric Pajak a bouclé son aventure du «Manifeste incertain» en septembre dernier en publiant «Avec Pesoa». Il aura fait paraître au total neuf tomes dès 2012, sur près de 2200 pages et 1500 dessins. Il avait déjà reçu un Prix suisse de littérature en 2015 pour le 3e tome consacré à Walter Benjamin et Ezra Pound.

Alain Berset a salué l'auteur. «C'est 'l'amour de l'étrangeté' qui le motive, comme il le dit. Dans son Manifeste incertain, Pajak trouve cette étrangeté chez Walter Benjamin, Fernando Pessoa, Van Gogh et Nietzsche, pour n'en citer que quelques-uns. Pajak dit de sa relation avec ces personnalités: 'Au départ, ils me sont tous assez étrangers – et plus ils me paraissent étrangers, plus je m’approche d’eux, de leur mystère, de leur intimité.'»

Les voix de la Suisse au XXIe siècle

L’amour de ce mystère pourrait aussi être le leitmotiv des œuvres des autres lauréat(e)s, a poursuivi le conseiller fédéral. Les ouvrages primés par les Prix suisses de littérature révèlent toutes les voix de la Suisse au XXIe siècle, en mettant en évidence une diversité qui va au-delà des langues officielles.

Et il a évoqué les auteurs primés: X Schneeberger, qui met en évidence son identité queer en jouant avec l’allemand; l’écriture de Dragica Rajčić Holzner marquée par la guerre en Yougoslavie et son identité croate; Benjamin de Wyl qui décrit notre modernité en jouant avec l’anglais et l’anglophilie.

Il a poursuivi avec Levin Westermann qui fait sauter les carcans de la poésie; Corinne Desarzens, qui tisse en 27 récits des liens entre les langues du monde; Alexandre Lecoultre qui invente pour un personnage une langue enrichie de mots alémaniques; et Silvia Ricci Lempen, bilingue, qui a écrit deux fois son livre, en italien et en français.

L’Office fédéral de la culture a offert un film-hommage, qui met à l’honneur les lauréat(e)s 2021. Celui-ci a été diffusé mercredi soir sur la plateforme des journées littéraires de Soleure et sur le site des Prix suisses de la culture. Le Prix spécial de la médiation va encore aux Bibliothèques pour malvoyants de Genève, Lausanne, Zurich et du Tessin.

Ouverture des Journées littéraires

Les Journées littéraires elles-mêmes ouvrent jeudi soir sur literatur.ch. Dix événements rassemblant 50 personnes pourront finalement avoir lieu au théâtre municipal de Soleure. La chanteuse fribourgeoise KT Gorique y donnera par exemple un concert de spoken word samedi soir.

Une centaine de rendez-vous en ligne sont agendés jusqu'à dimanche. Il sera possible d'y entendre ou d'échanger avec la plupart des lauréats du Prix suisse de littérature.

Une table ronde dédiée à un thème sociopolitique sera diffusée en livestream chaque jour à 16h00. On y verra des politiciens comme la verte Regula Rytz ou le centriste Gerhard Pfister. Le nouveau directeur de la manifestation Dani Landolf aimerait faire de Soleure une plateforme de discussion politique.

Le public pourra parler de ses lectures avec des auteur(e)s comme Marie-Hélène Lafon ("Histoire du fils», Prix Renaudot 2020) et Frédéric Pajak ou avec d’autres auteur(e)s en allemand, italien et anglais. La manifestation n'oublie pas non plus les 100 ans de Dürrenmatt.

Juke-box littéraire

Une séance de juke-box littéraire est prévue vendredi: le public propose des mots et les auteur(e)s cherchent parmi leurs textes un qui serait en lien avec le mot proposé. Enfin, outre la littérature suisse des quatre régions linguistiques, les Journées littéraires de Soleure veulent également que des auteurs issus de l'immigration et installés en Suisse aient la parole.

bu, ats