Tariq Ramadan

L'islamologue bientôt renvoyé en jugement à Genève

ATS

20.5.2022 - 21:32

L'islamologue Tariq Ramadan sera bientôt jugé à Genève, où une femme l'accuse de l'avoir violée en 2008, a-t-on appris de sources concordantes vendredi. Celles-ci confirment des informations de la RTS.

M. Ramadan, 59 ans aujourd'hui, qui a déposé plainte pour «dénonciation calomnieuse» contre «Brigitte», a reconnu l'avoir rencontrée mais affirme avoir renoncé à la relation sexuelle. (archives)
KEYSTONE

ATS

20.5.2022 - 21:32

«Le ministère public considère que l'instruction est achevée» et «les parties sont informées qu'un acte d'accusation sera prochainement rédigé», a indiqué dans un avis de clôture d'information signé le 18 mai le procureur Adrian Holloway, selon une source proche à l'AFP.

Si les parties ont encore jusqu'au 10 juin pour éventuellement demander d'autres investigations, comme l'audition de nouveaux témoins, elles ne peuvent plus faire de recours avant le procès.

La plaignante, surnommée «Brigitte» dans les médias, accuse l'islamologue de l'avoir entraînée dans une chambre d'hôtel à Genève le soir du 28 octobre 2008, où il l'aurait soumise à des actes sexuels brutaux, accompagnés de coups et d'insultes.

Convertie à l'islam, elle avait fait sa connaissance quelques mois auparavant lors d'une séance de dédicace, puis lors d'une conférence en septembre. S'en était suivie une correspondance de plus en plus intime sur MSN et Facebook. Le soir des faits, elle avait rendez-vous avec le célèbre prédicateur pour prendre le thé.

M. Ramadan, 59 ans aujourd'hui, qui a déposé plainte pour «dénonciation calomnieuse» contre «Brigitte», a reconnu l'avoir rencontrée mais affirme avoir renoncé à la relation sexuelle.

«De simples soupçons»

«Contrairement à la France, la décision de mise en accusation se fonde en droit sur de simples soupçons. Le moindre doute sur l'innocence d'une personne peut justifier son renvoi devant une juridiction de jugement. C'est ce qui s'est passé ici, dans un contexte post #MeToo, alors que les déclarations de la plaignante sont truffées de mensonges établis et d'incohérences flagrantes», ont réagi auprès de l'AFP Me Guerric Canonica l'un de ses avocats suisses et Me Philippe Ohayon, l'un des avocats français désigné également dans le dossier suisse.

Le conseil de la plaignante, Me François Zimeray, explique qu'elle «est soulagée de voir que ses efforts n'ont pas été vains, elle a le sentiment d'avoir dû affronter la haine et les menaces d'une multitude pour être enfin entendue».

M. Ramadan et la plaignante ont été confrontés à plusieurs reprises en France, mais aussi en Suisse en novembre 2020. En France, où l'islamologue est mis en examen pour cinq viols, deux juges d'instruction ont également signifié aux parties la fin des investigations sur ces accusations, avait révélé l'AFP en avril.

ATS