Tariq Ramadan jugé pour diffamation: décision le 11 mai

ATS

23.3.2021 - 16:09

L'islamologue Tariq Ramadan, mis en examen pour des viols sur cinq femmes, a comparu mardi en correctionnelle à Rouen pour diffamation à la suite de la plainte d'une de ses accusatrices. Le tribunal rendra sa décision le 11 mai.

Tariq Ramadan estime que la plaignante a été «confrontée à ses propres affabulations» lors de la première audition.
L'islamologue Tariq Ramadan, mis en examen pour des viols sur cinq femmes, a comparu mardi en correctionnelle à Rouen pour diffamation à la suite de la plainte d'une de ses accusatrices. (archives)
KEYSTONE/EPA/MOHAMMED BADRA

ATS

23.3.2021 - 16:09

Henda El Ayari, 44 ans, lui reproche d'avoir, le 6 septembre 2019, porté atteinte à son honneur et à sa considération en déclarant sur BFMTV et sur RMC être victime d'un «traquenard», avant de déclarer: «un certain nombre de femmes qui se connaissent qui changent leur version quatre fois, je viens de vous parler d'une personne qui dit qu'elle veut me tendre un piège».

Livre aussi visé

Est également visé un extrait du livre le «Devoir de vérité» dans lequel l'intellectuel suisse écrit «elle aurait exercé un chantage à la plainte pour viol sur plusieurs hommes à Roanne et à Rouen, où elle a vécu».

L'avocat de la plaignante Jérémy Kalfon a demandé 20'000 euros de dommages et intérêts au prévenu de 58 ans qui a déclaré à la barre gagner 4000 euros par mois, au titre de revenus fonciers. Le parquet n'a pas pris de réquisitions et s'en est rapporté «à l'appréciation du tribunal».

«Je conteste totalement les accusations qui sont portées contre moi», a déclaré Tariq Ramadan qui s'est présenté comme marié avec un enfant à charge et «en congé sans traitement de l'université d'Oxford».

«Ce que je dis dans le livre est extrêmement précis. Sur les propos tenus (...) je ne nomme pas spécifiquement Mme El Ayari. Je fais une lecture stricte du dossier. Des hommes se sont plaints que Mme El Ayari avait effectué sur eux un chantage à la plainte au viol. Elle a changé quatre fois de version, le dossier le confirme. Je me suis exprimé en utilisant la précaution verbale d'utiliser le conditionnel. Il n'y a ni diffamation, ni insulte», a-t-il ajouté.

Faits niés

Le théologien a par ailleurs de nouveau nié les faits pour lesquels il est mis en examen à Paris depuis le 2 février 2018.

Me Kalfon a en revanche évoqué un «préjudice énorme» pour sa cliente. «A chaque fois qu'il dit quelque chose sur Henda El Ayari, il met une cible sur sa tête. La plainte qu'elle a déposée il y a trois ans ne lui a apporté que des emmerdes, du cyberharcèlement, des gens qui la suivent, qui la menacent dans la rue», a-t-il ajouté.

Henda El Ayari accuse Tariq Ramadan de l'avoir violée en 2012 à Paris.

ATS