Un créateur belge récompensé à Hyères

ATS

18.10.2020 - 21:15

Tom Van der Borght s'efforce de donner une deuxième vie à des pièces destinées à être jetées.
Source: Compte Facebook Villa Noailles

Le Belge Tom Van der Borght a obtenu dimanche le Grand prix mode au festival international de Hyères (sud de la France). Il crée des vêtements fabriqués en matériaux recyclés «dont personne ne veut» et qu'il faut «oser porter».

Colorée et loufoque, multipliant les ornements qui bougent à la manière de mollusques ou d'antennes, cette collection a séduit le jury et le public de la ville de Hyères, pour cette 35e édition du plus vieux concours de mode, qui sert de tremplin aux jeunes créateurs.

«Je veux trouver une nouvelle définition du luxe. Nous sommes habitués aux matériaux luxueux classiques comme l'or ou le cuir. J'aime beaucoup utiliser les choses que les autres ne trouvent pas intéressantes», a déclaré à l'AFP le créateur de 42 ans.

Peaux de poissons récupérées

Dans sa collection, un pull en couleurs acidulées est fait à partir de filaments en plastique servant à afficher les prix. Un sac en «cuir marin» est fabriqué à partir de peaux de poissons récupérées dans l'industrie du sushi.

Macramé ou patchwork, les techniques sont classiques, mais son luxe à lui, c'est de donner une seconde vie à des pièces destinées à être jetées. Comme des stocks de paillettes qu'il rachète à des commerçants de son quartier ou des échantillons de fourrure végétale, dont il a fait un manteau bleu électrique et jaune.

Et la portabilité, dans tout cela ? «Tu peux le porter si tu oses le porter», lance Tom Van der Borght. «L'avenir de la mode n'est pas de rester dans une case très restrictive et conformiste, il est temps de nous libérer de toutes les restrictions», estime-t-il.

Esthétique raffinée

Le grand prix du jury accessoires de mode est revenu aux Français Ddiddue et Juana Etcheberry. Avec une esthétique raffinée à l'opposé du lauréat mode, mais dans une démarche similaire, ils fabriquent des casquettes à partir d'objets «destinés à l'enfouissement».

«On intercepte des bottes en caoutchouc, des toiles de parapente, des bassinets des parachutes, des pots de fleurs. On les retravaille en faisant des surpiqûres (...) dans un style japonais, comme des anciennes étoffes de samouraï», explique Juana Etcheberry.

Le duo, frère et soeur à la ville, a également été récompensé par le prix de la maison de luxe Hermès, nouveauté de cette saison, pour leur bracelet graphique en cuir, entouré d'anneaux métalliques en lévitation qu'ils ont voulu à la fois «protecteur et aéré».

Retour à la page d'accueil