Un vol prend la grêle Un météorologue fait de graves reproches aux pilotes d'Austrian Airlines

tgab/Trad

13.6.2024

Un Airbus d'Austrian Airlines a été pris dans une tempête de grêle lors d'un vol entre Palma de Majorque et Vienne et a été gravement endommagé. Le météorologue Jörg Kachelmann critique vivement les pilotes.

tgab/Trad

13.6.2024

L'Airbus 320 était déjà en train d'atterrir à l'aéroport de Vienne l'après-midi du 9 juin lorsqu'il a été pris dans une violente cellule orageuse. La grêle a détruit le nez de l'avion d'Austrian Airlines et endommagé les fenêtres du cockpit et la suspension du moteur.

Heureusement pour les passagers et l'équipage, les pilotes ont tout de même pu faire atterrir l'appareil en toute sécurité à 17h55, malgré de graves dommages et à l'aveugle, car ils ne voyaient plus grand-chose à travers les fenêtres endommagées.

Mais comment les pilotes ont-ils pu traverser une violente cellule orageuse, malgré la présence d'un radar météorologique à bord? Après tout, on leur apprend dans leur formation à éviter les orages dans la mesure du possible.

«L'avion est entré dans une cellule orageuse à l'approche de Vienne, ce qui, selon l'équipage du cockpit, n'était pas visible sur le radar météorologique», a déclaré la porte-parole d'Austrian Airlines, Anita Kiefer.

La compagnie Austrian Airlines a-t-elle menti?

Le météorologue Jörg Kachelmann a du mal à croire à cette explication.

Le célèbre expert météo écrit au «Spiegel» que le violent orage «ne s'est pas formé par surprise». Et sur la plate-forme X, Kachelmann accuse même Austrian Airlines de mentir.

Et le scientifique en chef de Kachelmann, Janek Zimmer, écrit encore au magazine d'information : «Cette cellule orageuse était déjà active (...) environ une heure auparavant en Styrie et a conservé sa direction de déplacement vers l'est de manière relativement stable».

D'après les prévisions météorologiques, il fallait également s'attendre à ce que la cellule orageuse en question ait le potentiel de devenir une «supercellule» exceptionnellement puissante.

Les données d'Austro Control étaient également claires. Cette société publique est responsable du contrôle aérien en Autriche et fournit aux compagnies aériennes comme Austrian Airlines et à leurs pilotes des informations météorologiques spécifiques 24 heures sur 24 et constamment actualisées.

«Pour la période du vol demandé, (...) des prévisions météorologiques correspondantes et des avertissements météorologiques liés à l'événement étaient publiés pour le trafic en route», a indiqué Austro Control au «Spiegel» à la demande de ce dernier. Les pilotes auraient donc dû être prévenus. Le radar météorologique à bord était-il en grève? Mystère!

Selon le scientifique en chef Zimmer, les pilotes auraient également pu reconnaître le nuage orageux en regardant par la fenêtre. Selon l'image satellite, la visibilité était bonne, à l'exception de quelques cirrus. D'autres avions ont également contourné la cellule, indique le radar de vol.

Interrogé par le «Spiegel», le service de presse d'Austrian Airlines s'est contenté d'indiquer qu'il avait «ouvert une enquête» pour savoir pourquoi le vol OS434 avait traversé la zone de grêle. Il ne lui est pas possible de s'exprimer sur les détails.

Un avion s’est posé sans train d’atterrissage à Newcastle

Un avion s’est posé sans train d’atterrissage à Newcastle

Après le décollage, le pilote de 53 ans a découvert que le train d’atterrissage de l’appareil ne lui permettrait pas de se poser normalement mais il a tout de même réussi à regagner l’aéroport de Newcastle.

17.05.2024