Un sous-marin américain heurte un objet non identifié

ATS

8.10.2021 - 08:23

Un sous-marin nucléaire américain a heurté un objet non identifié alors qu'il patrouillait le week-end dernier en mer de Chine méridionale, selon des informations de l'US Navy et de source indépendante. La région est largement revendiquée par Pékin.

ATS

8.10.2021 - 08:23

epa05277503 A handout picture made available by the DCNS Group, a French industrial group specialized in naval defense, on 26 April 2016 shows French submarine Shortfin Barracuda, designed by the DCNS group. According to media reports on 26 April, DCNS won 50 billion Australian dollar (about 38.6 billion US dollar) contract to build a fleet of submarines for the Royal Australian Navy (RAN). The submarines will be built in Adelaide, Australian Prime Minister Malcolm Turnbull said. Shipbuilders from France, Germany and Japan took part in the bid. EPA/DCNS GROUP AUSTRALIA AND NEW ZEALAND OUT HANDOUT EDITORIAL USE ONLY/NO SALES
Selon le Naval Institute, un centre de réflexion proche de l'US Navy, l'USS Connecticut participait à un exercice naval international en mer de Chine méridionale lors de l'incident. (image d'illustration/DCNS GROUP)
KEYSTONE

«L'USS Connecticut a heurté un objet dans l'après-midi du 2 octobre alors qu'il naviguait en immersion dans les eaux internationales de la région indo-pacifique», a indiqué l'US Navy dans un communiqué. «Il n'y a pas de blessure mortelle», précise le communiqué.

L'USS Connecticut, un sous-marin à propulsion nucléaire de la classe Seawolf, a été endommagé, mais reste en état de fonctionnement, a ajouté l'US Navy.

Selon le Naval Institute, un centre de réflexion proche de l'US Navy, l'USS Connecticut participait à un exercice naval international en mer de Chine méridionale lors de l'incident.

La Chine revendique presque la totalité de la mer de Chine méridionale. Elle a construit des avant-postes militaires sur de petites îles et atolls dans la région.

Les Etats-Unis et leurs alliés patrouillent régulièrement dans les eaux internationales de la région pour faire valoir leurs droits à la liberté de navigation, au grand déplaisir de Pékin.

ATS