Condamnée à la place d'un policier Une Américaine passe 43 ans derrière les barreaux... à tort

SDA

17.6.2024 - 22:15

Sandra Hemme, âgée aujourd'hui de 64 ans, a été innocentée du meurtre pour lequel elle était incarcérée depuis 1980 dans l'État américain du Missouri. C'est une erreur judiciaire majeure qui la place comme la femme ayant passé la plus longue peine injustifiée aux États-Unis.

Les avocats de Sandra Hemme ont immédiatement demandé sa libération du centre correctionnel de Chillicothe.
Les avocats de Sandra Hemme ont immédiatement demandé sa libération du centre correctionnel de Chillicothe.
Archivbild: Keystone

17.6.2024 - 22:15

Après 43 ans derrière les barreaux, l'innocence de Sandra Hemme a enfin été reconnue. Le juge de district du comté de Livingston, Ryan Horsman, a statué que des «preuves claires et convaincantes» montraient son innocence et que la piste incriminait plutôt un officier de police décédé en 2015.

Les avocats de Sandra Hemme ont immédiatement demandé sa libération du centre correctionnel de Chillicothe. Le Ministère public a maintenant 30 jours pour décider s'il souhaite la rejuger ou abandonner les charges. Si elle est libérée, il s'agira de la plus longue condamnation injustifiée connue d'une femme dans l'histoire des États-Unis.

Une enquête et un procès entachés d'erreurs

En 1980, elle avait été condamnée pour le meurtre d'une femme de 31 ans dans son appartement de Saint-Joseph. 

L'enquête et le procès de la sexagénaire ont été entachés d'erreurs. Selon le juge Horsman, «les seules preuves qui relient Hemme au crime sont ses propres déclarations contradictoires et non prouvées, des déclarations faites alors qu'elle était en crise psychiatrique et souffrait physiquement.» Il a également noté qu'elle n'avait pas de motif apparent pour commettre le crime et qu'il n'y avait aucune preuve médico-légale.

Environ deux semaines après le crime, Sandra Hemme avait avoué avoir commis le meurtre seule. Or, elle n'en était pas certaine à ce moment-là et a déclaré aux enquêteurs qu'elle pensait avoir poignardé la victime avec un couteau de chasse, tout en ajoutant: «Je ne sais pas, je ne sais pas». Les avocats de Sandra Hemme ont fait valoir que lors de son interrogatoire, leur cliente était en état de détresse psychologique et sous l'effet de médicaments.

Des preuves matérielles, comme des boucles d'oreilles de la victime retrouvées sur le policier, ont été ignorées par les enquêteurs et non communiquées à la défense. Aussi, des informations sur le passé criminel du policier ont été dissimulées.

SDA