Ukraine

20'000 personnes évacuées mardi de Marioupol assiégée

ATS

15.3.2022 - 21:24

Quelque 20'000 personnes ont pu quitter mardi Marioupol, grande ville portuaire du sud-est de l'Ukraine assiégée par les forces russes, en empruntant un couloir humanitaire, a annoncé la présidence.

ATS

15.3.2022 - 21:24

A woman walks past building damaged by shelling in Mariupol, Ukraine, Sunday, March 13, 2022. The surrounded southern city of Mariupol, where the war has produced some of the greatest human suffering, remained cut off despite earlier talks on creating aid or evacuation convoys. (AP Photo/Evgeniy Maloletka)
La prise par Moscou de cette ville portuaire, peuplée avant la guerre de 450'000 habitants et située au bord de la mer d'Azov, serait un important tournant dans l'invasion de l'Ukraine.
KEYSTONE/AP Photo/Evgeniy Maloletka

«Aujourd'hui, environ 20'000 personnes ont quitté Marioupol» à bord de 4000 voitures, a déclaré dans un communiqué l'adjoint au chef de l'administration présidentielle ukrainienne, Kyrylo Timochenko.

Au total, environ 29'000 personnes ont été évacuées de plusieurs villes assiégées à travers l'Ukraine dans la seule journée de mardi, selon la même source.

En début d'après-midi, la municipalité de Marioupol avait rapporté que 2000 véhicules avaient quitté la ville et que 2000 autres attendaient de faire de même.

Lundi, 160 véhicules étaient déjà sortis de la cité portuaire où les conditions sont catastrophiques après des jours de bombardements et de siège par les forces russes et leurs alliés séparatistes prorusses, qui contraignent les habitants à vivre terrés dans des caves.

Le couloir humanitaire emprunté par ces colonnes de véhicules relie Marioupol à Zaporojie au nord-ouest, via Berdiansk, soit environ 270 km de route.

Ni eau ni vivres

Après une série d'échecs, faute de cessez-le-feu russo-ukrainien, les évacuations se sont accélérées à Marioupol, alors que dans la cité, les habitants manquent d'eau et de nourriture.

Le bombardement russe la semaine dernière d'une maternité avait suscité un tollé international.

Le gouverneur de la région, Pavlo Kyrylenko, a par ailleurs affirmé mardi que les forces russes retenaient les employés d'un hôpital de Marioupol et 400 habitants du voisinage «en otage» à l'intérieur de l'établissement, des accusations qui ne pouvaient être vérifiées de manière indépendante.

Située à environ 55 kilomètres de la frontière russe et à 85 kilomètres du fief séparatiste de Donetsk, Marioupol est la plus grande ville encore aux mains de Kiev dans le bassin du Donbass qui comprend les régions de Donetsk et de Lougansk.

La prise par Moscou de cette ville portuaire, peuplée avant la guerre de 450'000 habitants et située au bord de la mer d'Azov, serait un important tournant dans l'invasion de l'Ukraine.

Elle permettrait de faire la jonction entre les forces russes venues de la Crimée annexée, qui ont déjà pris les ports de Berdiansk et Kherson, et les troupes séparatistes et russes dans le Donbass.

ATS