Milliards de dollars

À qui profitent les livraisons d'armes à l'Ukraine?

Stephan Michel

26.11.2022

L'Occident, les Etats-Unis en tête, fournit des armes à Kiev pour des milliards de dollars. Qui les paie - et qui empoche les bénéfices ? La réponse est brève : les contribuables et les entreprises d'armement. Mais il est également possible de répondre de manière plus détaillée.

Des soldats ukrainiens tirent sur des positions russes à partir d'un obusier M777 fourni par les États-Unis dans la région orientale de Donetsk, en Ukraine, le 18 juin 2022. (archives)
Des soldats ukrainiens tirent sur des positions russes à partir d'un obusier M777 fourni par les États-Unis dans la région orientale de Donetsk, en Ukraine, le 18 juin 2022. (archives)
KEYSTONE

Stephan Michel

26.11.2022

L'Ukraine reçoit des armes de l'Occident depuis 2014 déjà, depuis que le conflit dans le Donbass se déroule dans la violence et que la Russie a annexé la Crimée.

Mais à peine l'armée russe a-t-elle envahi l'Ukraine le 24 février que les livraisons d'équipements militaires lourds à Kiev ont nettement augmenté. Près de 40 milliards d'euros ont été versés à l'Ukraine sous forme d'aide militaire depuis l'invasion, selon les chiffres de l'Ukraine Support Tracker de l'Institut d'économie mondiale de Kiel. Le Forum on the Arms Trade américain arrive à des montants similaires.

Qui paie tout cela et qui en tire profit ? Un seul mot permet de répondre à la première question : les contribuables. Les armes destinées aux forces armées ukrainiennes proviennent soit directement des usines d'armement, soit des stocks des armées occidentales, où elles sont remplacées après leur transfert. Elles ont toutes en commun d'avoir été financées par les budgets des pays concernés ou par l'UE.

La contribution de l'industrie ukrainienne de l'armement

L'Ukraine aurait également déjà acheté elle-même des armes, comme l'a rapporté le «Tagesspiegel». La part d'armes achetées à l'étranger pour son propre compte dans l'arsenal total de l'Ukraine est toutefois insignifiante.

En tant qu'ancienne république soviétique, l'Ukraine a hérité d'une industrie d'armement considérable. Toutefois, celle-ci a fortement diminué au cours des décennies suivantes et, à quelques exceptions près, n'a pas produit d'armement de haute technologie, peut-on lire dans un article du think tank américain Foreign Policy Research Institute. 

Ukraine: près de Bakhmout, pas de répit pour les artilleurs ukrainiens

Ukraine: près de Bakhmout, pas de répit pour les artilleurs ukrainiens

Les soldats de l’unité d'artillerie de la 93e brigade motorisée de l'armée ukrainienne vivent au rythme des salves de canon du M-46. Leur cible: des positions russes sur le front de Bakhmout.

09.11.2022

L'annexion de la Crimée par la Russie et le début du conflit armé ont partiellement corrigé cette situation. Depuis l'invasion russe de 2022, les entreprises d'armement ukrainiennes luttent principalement contre les attaques aériennes russes. Selon le Foreign Policy Research Institute, la principale contribution des fabricants d'armes locaux est désormais leur capacité à réparer les équipements militaires.

Les entreprises d'armement occidentales sont à court d'armes

Mais revenons à la question de savoir qui tire profit des livraisons d'armes en provenance de l'Occident : les fabricants jouissent de bonnes ventes depuis que des batailles de chars et d'artillerie gourmandes en matériel ont lieu en Ukraine.

Des rapports en provenance des Etats-Unis et d'Europe indiquent que les stocks s'épuisent. Les stocks sont vides, les carnets de commandes sont pleins - c'est un scénario tout à fait positif pour toute entreprise de production. Les entreprises de défense pourraient vendre plus qu'elles ne le font effectivement.

Toutefois, selon les experts, il ne leur est pas possible d'augmenter leur production à court terme : La fabrication de systèmes d'armes modernes est trop complexe, ne serait-ce qu'en raison des nombreux composants et matériaux provenant des fournisseurs.

Une chose est sûre : les entreprises d'armement qui fournissent les biens demandés en Ukraine peuvent bien les vendre. Et ce d'autant plus que plusieurs pays occidentaux souhaitent également moderniser leurs armées.

Le groupe allemand Rheinmetall a récemment annoncé que son bénéfice avait nettement augmenté. Des entreprises suisses qui lui fournissent des composants profitent également de l'envolée du groupe allemand, également actif dans notre pays, comme le rapporte Swissinfo. Et ce, bien que les possibilités d'exportation des entreprises suisses soient limitées par la loi.

Les entreprises d'armement en Europe de l'Est font en outre de bonnes affaires. Selon un rapport de Swissinfo, elles ont commencé par vider leurs stocks d'armes et de munitions de l'époque soviétique. Désormais, elles produisent aussi bien de l'ancien que du nouveau matériel militaire pour l'Ukraine.

Le CEO de l'entreprise publique polonaise PGZ indique qu'il produira 1000 armes portables de défense aérienne en 2023. En 2022, 600 de ces manpads auraient quitté l'usine, contre 300 à 350 les années précédentes.

Les actions de l'armement montent et descendent

Mais ni Rheinmetall, ni les entreprises d'Europe de l'Est, ni même les entreprises suisses de ce secteur ne font partie des plus grandes entreprises d'armement du monde. Les cours des actions des fabricants d'équipements militaires les plus chers ont grimpé en flèche au début de la guerre, mais ont ensuite baissé et évoluent depuis en dents de scie.

Les actionnaires n'ont donc pas encore réalisé d'énormes bénéfices. Les cours des actions sont toutefois toujours un instantané. Les bénéfices peuvent encore se réaliser. Le «New York Times» cite un autre avantage pour les entreprises qui fournissent l'Ukraine en matériel militaire : bien qu'elle se déroule en grande partie avec du matériel et des tactiques de la Seconde Guerre mondiale, cette guerre est un test bêta pour les armes et autres équipements militaires occidentaux.

Ainsi, le système de reconnaissance américain Delta et les armes anti-drones de type SkyWiper seraient largement utilisés et pourraient être améliorés grâce à l'expérience acquise sur le terrain.

L'économie mondiale n'en profite pas

Les économies nationales des pays fournisseurs profitent-elles des bonnes ventes de leurs entreprises d'armement ? La situation actuelle de l'économie mondiale ne l'indique pas. Dans le meilleur des cas, l'augmentation du chiffre d'affaires de l'industrie de l'armement a permis de réduire les dégâts.

Dernièrement, l'ampleur des livraisons d'armes américaines à l'Ukraine montre leur importance. Les équipements militaires nord-américains ont été acheminés vers le pays attaqué pour 27,6 milliards de dollars. Cela représente environ 1,5 pour cent du budget militaire des Etats-Unis.