Infos contradictoires Arrivée de l'aide au Tigré selon l'Ethiopie – Démenti des rebelles

hl

11.11.2022 - 11:40

L'aide humanitaire «afflue» au Tigré, a affirmé vendredi le gouvernement d'Addis Abeba. Les rebelles ont en revanche démenti. L'armée fédérale contrôlerait 70% de ce territoire au nord de l'Ethiopie, quelques jours après un accord de paix censé mettre fin à la guerre.

Le conflit au Tigré a commencé en novembre 2020 (archives).
Le conflit au Tigré a commencé en novembre 2020 (archives).
ATS

hl

11.11.2022 - 11:40

Ces assertions contradictoires interviennent en pleins pourparlers depuis lundi entre chefs militaires des deux camps à Nairobi, sur la mise en oeuvre de l'accord de paix signé le 2 novembre à Pretoria. Les discussions portent notamment sur le désarmement des forces rebelles, le rétablissement de l'autorité fédérale au Tigré et l'acheminement de l'aide.

«70% du Tigré est sous le contrôle de l'ENDF», la Force de défense nationale éthiopienne, assure sur Twitter Redwan Hussein, conseiller à la sécurité nationale du Premier ministre Abiy Ahmed. «L'aide afflue comme jamais auparavant» au Tigré, «même dans les zones non contrôlées par l'ENDF», a-t-il assuré.

Ces affirmations «ne s'appuient sur aucune réalité», a répondu à l'AFP Getachew Reda, porte-parole des autorités rebelles du Tigré. Un travailleur humanitaire basé au Tigré a également démenti à l'AFP toute arrivée d'aide dans cette région de six millions d'habitants quasi-coupée du monde et en proie à une très grave crise humanitaire.

Coupée du monde

M. Redwan n'a pas précisé si le contrôle «de 70% du Tigré» par l'ENDF résultait de conquêtes militaires antérieures à l'accord de paix ou de retraits ou transferts d'autorité de la part des forces rebelles depuis l'accord.

La reprise des combats fin août avait interrompu le gros de l'acheminement au Tigré de nourriture et de médicaments, déjà insuffisant auparavant. La région est depuis plus d'un an privée de services tels que télécommunications, électricité ou banques.

Impossible à vérifier

Selon M. Redwan, «35 camions de nourriture et trois camions de médicaments sont arrivés à Shire», grande ville du nord du Tigré, sous contrôle depuis mi-octobre des forces fédérales et de son alliée l'armée érythréenne, et «les vols sont autorisés».

«Ce que tweete M. Redwan est complètement faux, absolument aucune aide n'est autorisée à entrer à Shire», a assuré à l'AFP, sous le couvert de l'anonymat, une source humanitaire basée dans la ville, ajoutant qu'"aucun service n'a été rétabli et aucun vol n'est autorisé».

Malgré l'accord de paix, l'accès à une partie du nord de l'Ethiopie, dont le Tigré, reste interdit aux journalistes et il est donc impossible de vérifier ces assertions et de connaître les positions précises des belligérants avant ou depuis l'accord de paix.

Impatience américaine

«Nous attendons des mesures urgentes afin que soit respecté et mis en oeuvre l'accord» de paix, a indiqué la diplomatie américaine, avec le mot-dièse «#NairobiTalksMustDeliver» ("les pourparlers de Nairobi doivent fournir des résultats").

Mercredi, le patron de l'OMS Tedros Adhanom, lui-même Tigréen et ancien haut responsable du parti dont sont issues les autorités rebelles, avait déjà dénoncé l'absence d'arrivée d'aide au Tigré depuis l'accord.

«Après l'accord de cessez-le-feu, je m'attendais à ce que la nourriture et les médicaments arrivent immédiatement. Ce n'est pas le cas», déclaré à la presse le Dr Tedros, demandant leur «livraison immédiate» et «la réouverture des services de base» ainsi que l'accès de la presse au Tigré.

Nombreuses exactions

Le conflit au Tigré a commencé en novembre 2020 quand M. Abiy y a envoyé l'armée fédérale arrêter les dirigeants de la région qui contestaient son autorité depuis des mois et qu'il accusait d'avoir attaqué des bases militaires fédérales sur place.

Le bilan de cette guerre marquée par d'innombrables exactions et qui s'est déroulée largement à huis clos, est inconnu. Mais l'International Crisis Group (ICG) et Amnesty international (AI) le décrivent comme «un des plus meurtriers au monde».

hl