Crise du logement dans le «Golden State»

AP

2.11.2018

Les loyers atteignent également des sommets astronomiques au nord de la péninsule de Monterey à San Francisco.
Keystone/Archiv

Les personnes qui gagnent normalement leur vie peuvent difficilement assumer un logement dans certaines parties de la Californie. Les électeurs pourraient donc bientôt voter en faveur d'une mesure drastique.

Salinas en Californie est l'une des villes les plus chères des États-Unis. Ici aussi, les résidents peuvent voter en novembre sur l'opportunité d'introduire un contrôle des loyers, sachant pertinemment que ce ne sera pas une solution permanente.

Maryam Powers, professeur d'anglais, ne part pas en vacances. Elle continue d'enseigner ou de coacher de nouveaux collègues afin de gagner plus d'argent. Mais pour rembourser l'hypothèque de sa maison de 330’000 $ (329’000 CHF), qu'elle a achetée à Salinas en Californie en 2015, elle doit encore louer la plus grande chambre à coucher pour 800 $ (797 CHF) par mois. «Je travaille, je travaille et je travaille», explique cette mère de deux enfants. «Je fais tous les boulots supplémentaires que je peux trouver et je ne boucle toujours pas les fins de mois.»

Comme la famille Powers, de nombreuses personnes résident dans la ville entre la péninsule de Monterey, populaire auprès des touristes, et la Silicon Valley. Les agriculteurs de la région cultivent une grande partie des salades du monde, et c'est ici que l'auteur John Steinbeck, né à Salinas, a eu l'idée d'écrire son roman «Les raisins de la colère». La ville est l'une des plus chères des États-Unis et représente la crise du logement en Californie rurale comme urbaine. En moyenne, les familles de Salinas disposent chaque année de 69’000 dollars (près de 69’000 francs suisses), les 90’000 ouvriers agricoles de la région gagnant nettement moins. Selon la plateforme immobilière Zillow, une maison dans la région coûte en moyenne près de 550’000 dollars (548’000 francs); le loyer d'un appartement avec deux chambres est d'environ 1’800 dollars (presque 1’800 francs) par mois.

Plus de la moitié des loyers sont trop élevés

La colère au sujet du coût élevé du logement s'accroît, et certains Californiens misent sur les élections de mi-mandat à la Chambre des représentants en novembre, où ils pourront également voter pour un contrôle des loyers dans leur État. Les politiciens californiens ne peuvent plus éviter le problème s'ils veulent concilier les besoins des habitants, dans un Etat où les super-riches sont autant chez eux que tous les autres habitants de Salinas, où plusieurs générations se pressent dans des maisons individuelles, où les hangars dans le jardin sont convertis en chambres et où les familles ne savent pas comment payer la prochaine facture.

Les habitants de Salinas savent que le contrôle des loyers n'est pas la solution à long terme - les experts économiques s'accordent à dire que cela entraînera une réduction du nombre de constructions. Pourtant, ils sont prêts à aider leurs voisins dans le besoin.

«Les loyers sont tout simplement trop élevés, il faut que quelque chose se passe», déclare Noelia Verwulf, qui a fondé avec d'autres un groupe appelé «Viviendas para Todx» (Logement pour tous). Ils organisent des forums communautaires, inscrivent les gens aux élections et les encouragent à prendre part aux votes liés à la situation du logement. «C'est une solution provisoire.»

Sur les onze motions sur lesquelles les Californiens pourront voter lors des élections de mi-mandat de novembre, quatre porteront sur le marché du logement, y compris le contrôle des loyers. L'agglomération de Salinas, avec six autres en Californie, est l'une des dix plus chères aux États-Unis, selon une analyse de l’université de Harvard selon les chiffres de 2016. L'immense Los Angeles, la riche Santa Barbara et aussi la Redding rurale sont sur la liste. Le gouvernement californien considère que les coûts de logement sont trop élevés s'ils représentent plus d'un tiers du revenu d'un ménage. Mais plus de la moitié des locataires californiens et près d'un tiers des propriétaires le dépensent déjà, voire plus.

Le contrôle des prix de loyers est controversé

Afin d'économiser de l'argent, Maryam Powers et son compagnon avaient déjà loué la plus grande chambre alors qu'ils vivaient encore dans une autre maison. A l'intérieur de leurs quatre murs, ils font maintenant la même chose pour pouvoir payer l'hypothèque mensuelle de 2’300 dollars (un peu moins de 2’300 francs). «Je savais que je ne serais jamais riche, mais je ne pensais pas que ce serait si difficile», confie le jeune homme de 39 ans.

Le vote sur le contrôle des loyers est controversé. Si les électeurs y sont favorables, il faut abolir une loi existante qui restreint précisément ces contrôles pour les maisons individuelles et les bâtiments construits après 1995. Cela permettrait de nouvelles réglementations locales sur le montant que les propriétaires peuvent réclamer dans le cas d’une augmentation de loyer.

Anna Caballero, membre démocrate du Parlement californien, est contre le contrôle des loyers, mais elle dit comprendre ceux qui l'exigent. Cela donne l’impression que «la seule chose qu'ils puissent faire pour attirer l'attention du propriétaire est quelque chose de radical», dit-elle. Des entretiens avec une vingtaine d'habitants de Salinas montrent que beaucoup pensent que les politiciens n'ont aucun contrôle sur la crise du logement dans la région. Cependant, peu ont déclarés que cela les motiverait à choisir un autre parti.

La ville espère maintenant construire plus de 10’000 logements dans les champs à la périphérie de Salinas. Certains craignent que cela ne suffise pas.

Une liaison ferroviaire prévue avec la Silicon Valley pourrait faire des nouveaux logements une alternative bon marché pour les employés du secteur de la technologie. «Le besoin de logements est insatiable», affirme le conseiller municipal Scott Davis. «Peu importe le nombre de logements qu'on construira, on n'en aura jamais assez.»

Le yacht d'un propriétaire suisse inspiré d'un héros Marvel

Une luxueuse caverne habitable à vendre dans l'Arkansas

Retour à la page d'accueil