Déchets toxiques: Pompili «maintient l'objectif» de confinement

ATS

23.11.2021 - 19:29

La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a déclaré mardi vouloir "faire avancer les procédures de confinement" des déchets toxiques entreposés à Stocamine, malgré une récente décision de justice qui avait suspendu les travaux sur le site, car "plus on attend plus c'est dangereux".
ATS

La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a déclaré mardi vouloir «faire avancer les procédures de confinement» des déchets toxiques entreposés à Stocamine, malgré une récente décision de justice qui avait suspendu les travaux sur le site, car «plus on attend plus c'est dangereux».

ATS

23.11.2021 - 19:29

«Mon but est de maintenir l'objectif» de confiner, sous le béton, les 42'000 tonnes de déchets toxiques non radioactifs (amiante, arsenic, mercure...) stockés dans cette mine à Wittelsheim (Bas-Rhin), a déclaré la ministre en marge d'un déplacement à Strasbourg pour préparer la prochaine présidence française de l'Union européenne.

Le confinement des déchets, décidé par la ministre en janvier après des années de tergiversations, avait été suspendu mi-octobre par la justice administrative, qui estimait que la société MDPA, qui dirige les opérations, ne disposait pas des garanties financières suffisantes pour autoriser ces travaux.

Le gouvernement a donc fait voter début novembre un amendement au projet de loi de finance pour 2022, qui accorde la «garantie de l'Etat» à MDPA, «jusqu'au 1er janvier 2030» et «dans la limite d'un montant de 160 millions d'euros».

«Tout ce qu'on peut faire légalement pour faire avancer les procédures de confinement, on le fera», a soutenu Barbara Pompili. «Plus on attend, plus c'est dangereux pour les gens qui vont aller au fond pour gérer tous les travaux de confinement», a-t-elle ajouté, jugeant qu'il serait «irresponsable de continuer à traîner comme ça».

Site plus exploité depuis près de 20 ans

Alors que l'exploitation du site a pris fin en 2002 après un incendie, les galeries de l'ancienne mine se referment lentement sur elles-mêmes, rendant les opérations au fond plus compliquées au fur et à mesure des années.

Les collectivités locales et plusieurs associations écologistes ont réclamé le retrait des déchets de la mine, craignant à terme une possible contamination de la nappe phréatique d'Alsace, située au-dessus des déchets.

Pour le gouvernement au contraire, l'absence de confinement pourrait mettre en danger la nappe phréatique. «Il faut qu'on fasse un confinement qui soit adapté: si tout se passe comme prévu, les risques d'atteinte à la nappe phréatique sont quasiment insignifiants», a encore défendu mardi Barbara Pompili.

De passage à Stocamine lundi, Anne Hidalgo, la candidate socialiste à l'élection présidentielle, a promis de «revenir» sur la décision de confiner les déchets, a rapporté le quotidien L'Alsace.

ATS