Des migrants marchent vers Mexico pour leur «dignité»

ATS

26.10.2021 - 07:04

Environ un millier de migrants ont poursuivi lundi une marche de protestation vers la capitale du Mexique au nom de leur «dignité», a constaté un correspondant de l'AFP. Ils demandent la régularisation de leur situation.

ATS

26.10.2021 - 07:04

epa09546009 Hundreds of migrants continue their caravan march to the country's capital on the highway in the municipality of Cruz de Oro, in the state of Chiapas, Mexico, 25 October 2021. The caravan made up of thousands of migrants that left three days ago from the border city of Tapachula, in the southeastern state of Chiapas, bound for the capital, advances this Monday at a slow pace towards the town of Huixtla. EPA/Juan Manuel Blanco
Appelée «pour la justice, la dignité et la liberté du peuple migrant», leur caravane avance sous la surveillance des agents de l'Institut national de migration et de la Garde nationale à travers les routes du Chiapas.
KEYSTONE

Partis samedi de la frontière avec le Guatemala (sud), les migrants originaires d'au moins huit pays espèrent voir aboutir leurs démarches pour transiter légalement vers les Etats-Unis, ou rester tout aussi légalement au Mexique.

Appelée «pour la justice, la dignité et la liberté du peuple migrant», leur caravane avance sous la surveillance des agents de l'Institut national de migration (INM) et de la Garde nationale à travers les routes du Chiapas. Aucune date d'arrivée à Mexico n'est encore prévue.

Interrogé à New York, un porte-parole des Nations unies a souligné l'importance de traiter les migrants «avec respect et dignité». Les demandes d'asile doivent être examinées «rapidement», a dit Stéphane Dujarric.

Au sein de la caravane, un couple d'Equatoriens affirme vouloir rejoindre les Etats-Unis. Ismaël Gualapuro et son épouse Lizbeth Guisun, 23 ans, ont passé deux mois dans la ville frontalière de Tapachula avec leur petite-fille de deux ans, Kenai.

Aussi bien l'INM que la Commission d'aide aux réfugiés (COMAR) leur auraient dit qu'ils ne pouvaient pas les aider «parce qu'il y a trop de gens» à Tapachula à la frontière avec le Guatemala.

Des dizaines de milliers de migrants entrent au Mexique par Tapachula. Ils viennent principalement d'Amérique centrale ou d'Haïti plus récemment.

Le flux migratoire a augmenté en 2021. Selon des chiffres officiels, 1,3 million de migrants ont été interpellés à la frontière sud des Etats-Unis depuis l'arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche en janvier dernier. Le Mexique a expulsé 54'000 étrangers en 2021, selon l'organisation Human Rights Watch (HRW).

ATS