«Horrible» Plusieurs salles de torture découvertes dans la région de Kherson

ATS

17.11.2022 - 18:49

Un haut responsable ukrainien chargé des droits de l'Homme a fait état de l'étendue «horrible» de tortures à Kherson pendant l'occupation russe de cette ville de sud de l'Ukraine, reprise la semaine dernière par les forces de Kiev.

Des habitants se rassemblent près d'un point d'accès à Internet à Kherson, dans le sud de l'Ukraine. C'était lundi dernier.
Des habitants se rassemblent près d'un point d'accès à Internet à Kherson, dans le sud de l'Ukraine. C'était lundi dernier.
KEYSTONE/AP/Bernat Armangue

ATS

17.11.2022 - 18:49

«Je n'ai pas encore vu» de tortures «à une telle échelle», «après avoir visité toutes les salles de torture dans diverses régions de l'Ukraine», a déclaré Dmytro Loubynets, chargé du Parlement des droits de l'Homme à la télévision nationale. «L'étendue est simplement horrible», a-t-il ajouté.

Kherson: les Ukrainiens se bousculent pour obtenir de l’aide humanitaire

Kherson: les Ukrainiens se bousculent pour obtenir de l’aide humanitaire

Dans la ville libérée de Kherson, les bénévoles et des travailleurs humanitaires distribuent des colis de nourriture, de vêtements et de produits sanitaires aux Ukrainiens, qui se bousculent pour atteindre l'avant de la file d’attente.

17.11.2022

Des «dizaines de personnes» étaient «électrocutées, battues avec des tuyaux métalliques. Leurs os étaient brisés» et «les Russes ont filmé tout cela», a-t-il accusé. «Je suis sûr que dans chaque localité importante on va découvrir une salle de torture. Car c'est un système mis en place par la Russie».

Plusieurs salles de torture découvertes

Les autorités ukrainiennes ont annoncé avoir découvert plusieurs salles de torture dans des zones de la région de Kherson reprises récemment aux Russes après des mois d'occupation.

Un habitant de Kherson a raconté à l'AFP avoir été détenu pendant des semaines dans cette ville durant son occupation. Il dit avoir été ligoté, frappé et électrocuté par des responsables russes et des prorusses pendant sa détention.

ATS